Ce qu’il faut savoir sur ce dimanche sans voiture particulier

Le 20 septembre prochain, sauf dérogation, les véhicules seront à l'arrêt dans les 19 communes de Bruxelles entre 9h30 et 19h. Perspective réjouissante d’une ville libérée temporairement de ses gaz d’échappement, qui vient aussi rappeler l’indispensable transition vers une mobilité plus douce.

Dimanche sans voiture en 2019 - BELGA/NICOLAS MAETERLINCK

Ce dimanche, comme depuis des années à la même période, le rêve de nombreux usagers faibles deviendra réalité. Les plus grosses artères de Bruxelles se débarrasseront des embouteillages pour laisser place à la vision enchanteresse d’avenues où grouillent cyclistes et piétons, devenus le temps d’une journée les rois de la capitale – bien que, prudence, le code de la route s’applique toujours. Un week-end qui, coïncidence heureuse, célèbre aussi la 32ème édition des Journées du patrimoine. Joli programme en perspective.

Edition réduite, esprit inchangé

Bien que les gros rassemblements soient évités pour des raisons sanitaires évidentes, Bruxelles Mobilité organise tout de même des activités tout au long de cette semaine européenne de la Mobilité qui s’étend du 16 au 22 septembre. Des ateliers de réparation de vélos – les fameux Bike Repair – et l’exposition itinérante « Ville 30 » prennent place chaque jour dans les différentes communes de la capitale. Dimanche, le « Brussels 30 Tour », aussi appelé « caravane de la mobilité » s’installera dans le centre-ville pour sensibiliser le public à l’instauration du 30 km/h généralisé à Bruxelles, une mesure qui sera d’application à partir du 1er janvier 2021. Les services de la STIB seront gratuits toute la journée et seront renforcés pour la majorité des lignes de tram, métro et bus.

Une transition en marche…

« L’objectif, c’est d’inciter les citoyens à tester d’autres moyens de transport pendant toute la semaine, et à plus long terme de trouver une alternative à la voiture », explique le service presse de Bruxelles Mobilité. Du 16 au 22 septembre, l’administration travaille avec 200 écoles et entreprises auxquelles elle propose des alternatives de déplacement – abonnements aux transports publics et vélos, entre autres. Après que la crise du coronavirus a engendré une explosion de l’utilisation du deux-roues à Bruxelles, la ville a décidé d’améliorer l’accessibilité des écoles pour les cyclistes. « On a essayé de proposer davantage d’infrastructures telles que des racks à vélos dans les établissements pour que les enfants et ados puissent y garer le leur en toute sécurité pendant la journée ».

… et inéluctable

Dans un rapport publié le 8 septembre dernier, l’Agence européenne de l’environnement (AEE) révélait que chaque année, plus de 400.000 personnes meurent prématurément à cause de la pollution de l’air, qui engendre maladies cardiovasculaires et respiratoires. D’où l’importance de réduire la circulation des automobiles sur les routes. En avril, la ministre bruxelloise de la Mobilité Elke Van Den Brandt (Groen) annonçait la création de 40 kilomètres de pistes cyclables dans la capitale. Actuellement, trois quarts d’entre elles ont été construites. « A certains endroits, on a plus de difficultés à terminer le projet à cause des infrastructures ou des autorisations. Mais tout ce qui a pu être facilement réalisé est fait », affirme un porte-parole du ministère. Une idée de la date de fin des travaux ? « Aussi vite que possible ».

Des questions par rapport à la Semaine de la Mobilité ou du Dimanche sans voiture ? Rendez-vous sur le site de Bruxelles Mobilité, où vous trouverez toutes les informations pratiques des activités de la semaine.

Plus d'actualité