Pourquoi les visioconférences pompent votre énergie

Vous l'avez peut-être remarqué: les réunions virtuelles sont encore plus fatigantes que celles en chair et en os.

Les réunions virtuelles vous épuisent? Voici pourquoi - Unsplash

La crise sanitaire a changé la donne. Ancienne bête noire de certains employeurs, le télétravail s’est imposé comme la nouvelle norme. Et avec elle, celle des réunions qui se réalisent désormais à distance, avec tous les inconvénients que cela implique. Problèmes techniques, bruits parasites… À la longue, les visioconférences semblent être également exténuantes. Mais au fond, pourquoi?

Concentration et silence

Avec les réunions virtuelles, les travailleurs ont perdu leur « pause » loin des écrans. Conséquence: la fatigue visuelle se fait davantage ressentir. Mais ce n’est pas tout. Participer à un appel vidéo demande également plus de concentration qu’une discussion en face à face, selon Gianpiero Petriglieri, professeur associé à l’Institut européen d’administration des affaires (Insead), qui étudie l’apprentissage et le développement durable sur le lieu de travail. Notre cerveau travaille plus dur pour analyser les signaux non verbaux, comme les expressions faciales, le ton de la voix ou encore le langage corporel, explique l’expert à la BBC, repéré par Slate. Difficile alors de se détendre.

Le silence durant ces réunions virtuelles apporte une dose de stress supplémentaire. « Alors qu’il crée un rythme naturel dans une conversation de la vie réelle, lorsqu’il se produit dans un appel vidéo, vous devenez anxieux », note le spécialiste. Et comme tous les blancs, cela crée un certain malaise.

Sous les projecteurs

Une douzaine de tête face à vous, et vous prenez soudainement conscience que vous êtes observé. « Quand vous êtes en visioconférence, vous savez que tout le monde vous regarde. Vous êtes sur scène, donc il y a la pression sociale et le sentiment que vous devez être performant. C’est éprouvant », explique Marissa Shuffler, professeure associée à l’Université de Clemson, qui étudie le bien-être sur le lieu de travail et l’efficacité du travail en équipe.

Quelques pistes

La « fatigue Zoom », comme la BBC l’appelle, ne peut être seulement attribuée à ces quelques facteurs stressants. Le contexte doit également être pris en compte, tout comme l’effacement des frontières. Autrefois séparés, le travail et la vie privée sont désormais réunis sous le même toit. Ce qui perturbe notre routine et nous rend plus vulnérables aux sentiments négatifs.

Avouons-le, ces réunions sont parfois inutiles. D’après un sondage, réalisé auprès de 2.000 travailleurs américains, plus de la moitié des sondés pense que ces visioconférences pourraient facilement être remplacées par des e-mails. C’est pourquoi les deux experts suggèrent de limiter les appels vidéo à ceux qui sont nécessaires, sans obligation d’activer la caméra durant toute la conversation, et de s’assurer des périodes de transition pour retrouver une certaine séparation entre le travail et la vie privée.

Plus d'actualité