Selon Michael Moore, Trump est bien parti pour gagner l’élection

Après avoir prédit l'élection de Donald Trump en 2016, le réalisateur Michael Moore lance un nouvel avertissement: le Républicain pourrait être en route pour une deuxième victoire.

Michael Moore © Belga

« Êtes-vous prêt pour une victoire de Donald Trump? » La question lancée par Michael Moore peut surprendre, tant elle est à contre-courant des sondages qui placent Joe Biden en tête, avec sept à huit points d’avance en moyenne sur son adversaire républicain. Pourtant, la partie est encore loin d’être jouée. Sur sa page Facebook, le célèbre cinéaste avertit les Américains: « le niveau d’enthousiasme pour Donald Trump est hors du commun. Pour Joe Biden, pas vraiment », a-t-il écrit vendredi, soulignant que l’écart entre les deux candidats était serré dans les « swing states », les États qui basculent d’élection en élection, ceux à surveiller de très près.

Trump n’a pas (encore) perdu

D’après un sondage national de CNN, publié ce mois-ci, les deux hommes sont à égalité à 47% dans le Minnesota, et Trump a réduit son retard à quatre points dans le Michigan. On est loin des quatorze points qui le distancaient de Joe Biden en juin dernier. « Êtes-vous prêt mentalement à être à nouveau déjoué par Trump? Trouvez-vous du réconfort dans votre certitude qu’il n’y a aucun moyen que Trump gagne? », lance le réalisateur de documentaires engagés, dénonçant à nouveau l’aveuglement de certains citoyens.

2016, à nouveau

« Ça sonne familier? » demande celui qui avait déjà prédit l’élection de Donald Trump en 2016. À la même époque, il y a quatre ans, Hillary Clinton avait en moyenne cinq points d’avance sur le milliardaire dans les sondages. La victoire lui était promise, même si le magnat de l’immobilier rattrapait progressivement son retard. Bien qu’elle ait remporté le vote populaire, le système électoral américain est tel qu’elle a tout de même perdu l’élection, son adversaire ayant remporté 290 grands électeurs, soit plus que la majorité absolue nécessaire pour être élu (270). Quatre ans plus tard, le Républicain fait même mieux dans certains « swing states » qu’en août 2016, analyse Axios, annonçant que « Donald Trump pourrait réussir un autre renversement ». Un récent sondage Wall Street Journal/NBC, cité par le média politique, a révélé également que 13% des électeurs restent « en jeu », assez pour faire basculer l’élection.

« Je vous alerte presque 10 semaines à l’avance », prévient Michael Moore. « Ne laissez pas les démocrates se débarrasser de Trump. VOUS devez vous débarrasser de Trump. Nous devons nous réveiller tous les jours pendant les 67 prochains jours et nous assurer que chacun de nous va convaincre une centaine de personnes de voter. Agissez maintenant! »

Élection de tous les possibles

À deux mois de l’élection présidentielle américaine, un scénario catastrophique devient de plus en plus plausible, celui d’un président qui refuse de quitter la Maison-Blanche. Donald Trump pourrait bien saboter l’élection, alertent de nombreux médias américains. Le candidat prépare le terrain depuis plusieurs semaines, mettant régulièrement en doute la fiabilité du vote par correspondance. Cette méthode, indispensable en cette période de pandémie, risque de retarder fortement les résultats, lui laissant le temps de les contester et de placer les États-Unis dans une paralysie politique sans précédent. Connaissant le tempérament mauvais perdant du personnage, la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi l’avait déjà annoncé en mai 2019, bien avant que le coronavirus ne vienne bouleverser cette élection: Joe Biden doit remporter une victoire écrasante s’il souhaite arracher la présidence à Donald Trump.

Plus d'actualité