Les panneaux publicitaires vous suivent à la trace

Clear Channel va tracer les personnes qui passent devant leurs panneaux. Pour mieux les servir.

Clear Channel is watching you - Belga

Souvenez-vous dans Minority Report, le film de Steven Spielberg adapté du roman de Philip K. Dick. Tom Cruise marchant au sortir du metro, entouré de panneaux publicitaires qui scannent sa rétine pour mieux lui offrir un message personnalisé. Eh bien, Minority Report, c’est aujourd’hui. Ou du moins, dans les vingt-quatre mois à venir.

Les panneaux publicitaires de Clear Channel vont bientôt tracer les passants. Via une technologie appelée Radar (technologie qui fonctionne avec la géolocalisation de votre téléphone – cet outil qui ne perd jamais votre trace – et qui est déjà utilisée depuis quatre ans aux Etats-Unis), l’entreprise d’affichage de pubs pourra dire combien de personnes passent devant un panneau, combien regardent ce panneau, quels sont leurs mouvements et comportements, mais pourra aussi les suivre jusque dans un magasin et savoir ce qu’ils regardent et achètent. Minority Report, donc…

Clear Channel se veut pourtant rassurant ! Toutes les données amassées resteront anonymes (c’est-à-dire qu’aucun nom ou numéro ne sera accolé à une personne en particulier) et resteront dans le respect le plus total du RGPD (c’est-à-dire que vous donnerez au préalable votre autorisation pour utiliser ces données de géolocalisation – cela se fait le plus souvent via les conditions générales de certaines applis – et aurez la possibilité de demander l’effacement de ces données).

Respect du RGPD

« Conformément au RGPD, aucune donnée de consommateurs n’est collectée, sauf s’ils s’enregistrent d’eux-mêmes, mais ils peuvent donc se désinscrire à tout moment. Tel est aussi le cas pour le traçage en ligne, a déclaré Clear Channel dans un communiqué. S’ils le font, les données rendues anonymes sont alors supprimées des systèmes de nos partenaires data. Pour être sûrs, nous supprimons au bout de 90 jours maximum et de manière permanente toutes les données pour lesquelles nous n’avons pas reçu de mises à jour ».

« Nous prenons très au sérieux la confidentialité des données, insiste l’entreprise. Ces dernières sont rendues anonymes et agrégées par un acteur extérieur, avant que nous les recevions. Les données mobiles que Clear Channel utilise, ne concernent qu’un fragment de la population. Nous ne pouvons pas identifier des individus. L’OOH (out-of-home, alias la publicité extérieure, ndlr) est un support qui touche une masse, et cela ne nous intéresse pas de nous focaliser sur des individus ».

Belga

Le monde de demain, c’est aujourd’hui

Reste que le but de la manoeuvre est bien de récolter des données pour cibler au mieux les individus. A savoir déterminer quelle catégorie de gens (âge, statut social, revenus…) passe et regarde le panneau publicitaire et savoir ce qu’il achète et où il l’achète pour mieux lui soumettre le message publicitaire qui répond le mieux à ses besoins et ses envies. Quant à savoir si on a réellement besoin de messages publicitaires, aussi personnalisés soient-ils, c’est une autre question…

Notez, Clear Channel n’est pas seul à se lancer dans cette aventure. Depuis plusieurs années, les initiatives de traçage pour mieux cibler les individus se multiplient. Elles sont monnaie courante sur Internet (on sait ce que Facebook fait de nos données…), mais la prochaine étape, déjà entamée, est celle de la publicité ciblée en rue. Ainsi, il y a quatre ans, Renault testait à Londres un panneau publicitaire intelligent placé derrière un feu rouge. Scannant les plaques d’immatriculation, il s’adressait au conducteur à l’arrêt : « Bonjour vous, dans la berline compacte grise… » Un exemple parmi d’autres. Bienvenue dans le monde de demain…

Sur le même sujet
Plus d'actualité