Week-end à la Côte : ce qu’il faut savoir avant de partir

Le Centre de crise veut éviter de surcharger le littoral belge, et déconseille de s’y rendre samedi et dimanche. Renforts policiers, trains supprimés… Le point sur les mesures prises.

©belgaimage-164126045

« Ce n’est pas le moment d’aller en masse sur la côte. Nombreux veulent pouvoir s’y rendre, mais tous en même temps, ce n’est pas possible », prévenait hier Antoine Iseux, porte-parole du Centre de crise. Après la chaleur écrasante de la semaine, beaucoup sont en effet tentés d’empoigner essuies de bains, crème solaire et parasols, et de foncer piquer une tête à la mer. Plages et digues assaillies de touristes, bagarre générale à Blankenberge… les autorités ne veulent pas répéter la séquence du week-end passé, et cherchent à éviter les trop grandes concentrations de personnes sur le littoral. « Le coronavirus n’a pas pris son week-end du 15 août », ont martelé les experts du Centre de crise. Voilà pourquoi il est déconseillé de se rendre à la Côte samedi et dimanche. Malgré tout, si vous ne pouvez pas vous passer de plage ce week-end, voilà les mesures à garder à l’esprit avant de partir.

Vérifier sa destination

Une seule adresse avant de démarrer : lelittoral.be. Il est fortement conseillé de consulter ce site, qui recense les mesures prises par chaque commune pour accueillir ses visiteurs, les précautions à prendre, etc. Vous y trouverez un baromètre actualisé de l’affluence sur la Côte belge, et un code couleur (un de plus) pour chaque zone. Vous voyez du jaune (affluence dense) ou de l’orange (très dense) ? Mieux vaut tenter sa chance ailleurs. En cas de trop forte affluence, la bourgmestre de Blankenberge, Daphné Dumery (N-VA) a annoncé qu’elle fermerait les routes d’accès à la commune.

À savoir si vous partez pour Ostende : un système d’enregistrement est prévu pour l’accès aux trois plages les plus fréquentées de la commune. Les modalités d’inscription sont détaillées ici.

Vous êtes touriste d’un jour ? Ce n’est pas un problème en soi, même à Knokke. Dans la foulée de l’incident à Blankenberge, la station balnéaire avait refusé aux touristes d’un jour l’accès à son territoire. Ils y sont de nouveau autorisés, depuis mercredi. Pour autant, Westtoer, l’office du tourisme de la province de Flandre occidentale, recommande de privilégier un maximum les visites de plusieurs jours.

Trains supprimés

Pour désengorger les plages surpeuplées, la SCNB déconseillait déjà le week-end dernier de se rendre à la Côte. Tout en maintenant une offre renforcée vers le littoral. Ce n’est plus le cas ce samedi et dimanche. Le nombre de trains est limité en direction et au départ de la mer ce week-end. Leur capacité aussi : le taux maximum d’occupation des wagons sera de 80%.

L’objectif affiché est de ne pas dépasser les limites du nombre de touristes par jour arrivant en train : 10.000 visiteurs pour Ostende, 6000 pour Blankenberge, 4000 pour Zeebrugge, 2000 pour Knokke-Heist et 2000 pour la Panne. Les agents de Securail et des renforts policiers (plus de 100 effectifs supplémentaires par jour) veilleront au grain. Un train déjà rempli à 80% en gare du Nord à Bruxelles n’accueillera plus personne à son bord dans les gares suivantes. La SNCB conseille de bien planifier son voyage via l’application dédiée ou le site web.

Sur place

Globalement, le port du masque est obligatoire dans l’ensemble des communes du littoral, sur la digue, sur les marchés et dans les rues commerçantes. Certaines communes l’imposent sur tout leur territoire, comme à Knokke-Heist, à Nieuport ou à La Panne. À Ostende, vous devez porter le masque si vous vous promenez sur la plage (mais pas en cas de baignade ou de séance de bronzage, heureusement).

Pour les plus fêtards, inutile de prévoir de l’alcool fort à consommer sur la plage. Jusqu’au 30 septembre, la consommation d’alcool fort est interdit sur toutes les plages publiques de la province de Flandre occidentale.

D’autres directives à connaître avant de se prélasser sur le sable fin, à voir ici.

Plus d'actualité