Alcool et confinement : l’heure des bilans

D’après différentes études et sondages, il semble clair que la consommation d’alcool a été plus importante, ou au moins, plus régulière, pour beaucoup d’entre-nous en confinement. Heureusement, il semblerait que depuis peu, de meilleures habitudes soient revenues.

Il semblerait qu'on ait tous repris de meilleures habitudes désormais...

Que vous l’ayez vécu, lu ou entendu parler, rares sont ceux qui ne sont pas au courant : la consommation d’alcool a augmenté un peu partout durant le confinement. Entre apéros en famille et « skypéros » en visioconférence, beaucoup de confinés se sont tournés vers les bières, les vins et autres pour animer leurs soirées, qu’ils ne pouvaient pas passer hors de chez eux, au restaurant ou en boite de nuit par exemple.

Cet été, totalement ou partiellement déconfiné selon les pays, est l’occasion, un peu partout dans le monde, de tirer un bilan et de voir quelles proportions a pris cette soudaine augmentation.

En Belgique pour commencer, où les chaines de supermarché ont annoncé entre 10 et 18% d’augmentation dans la vente de boissons alcoolisées par rapport à 2019. De même, dans une étude de l’UCL, on découvre qu’un quart des répondants « ont augmenté significativement leur consommation d’alcool. »

Chez nos voisins français, les résultats d’un sondage international, auquel avaient répondu plus de 6.000 français, permet d’avoir un aperçu sur leur relation avec l’alcool en confinement.

Coincé chez eux, ils buvaient plus souvent dans la semaine, mais moins. Un peu moins de la moitié des personnes interrogées ont augmenté leur nombre de jours de consommation d’alcool dans la semaine depuis mars. Par contre, les occasions de boire 5 verres ou plus ont baissé chez 37% des répondants, alors qu’elles ont augmenté chez environ une personne sur 4. « Les raisons pour expliquer la prise d’alcool invoquent notamment l’ennui, le besoin de partager un moment de convivialité à la maison avec un membre de son entourage, mais aussi la volonté d’atténuer son stress », ajoute Libération.

Au Royaume-Uni, où aller au pub est presque culturel, plus d’un quart de la population pense avoir bu plus d’alcool en confinement selon une enquête. Un Anglais sur 5 a déclaré boire de manière plus récurrente durant cette période. Par contre, les deux-tiers des répondants indiquent ne pas avoir augmenté les quantités d’alcool bues.

Dans le même sondage, on découvre, qu’un Anglais sur 5 a bu pour faire face au stress ou à l’anxiété. Près d’un tiers des parents d’enfants mineurs ont été plus enclin à l’avouer.

Aux Etats-Unis, les ventes d’alcool ont aussi fortement augmenté entre mars et mai. D’après des chiffres du groupe Nielsen, la vente d’alcools forts a augmenté de 34,1% par rapport à l’année dernière, idem pour les vins, 30,1% et les bières, 12% environ. C’est le gin qui a eu le plus de succès, puisque ses ventes ont augmenté de plus de 40% !

Retour à la normale

Ailleurs, la consommation d’alcool n’a pas pu augmenter puisque sa vente a été tout bonnement interdite. C’est notamment le cas de l’Afrique du Sud où la barre des 250.000 cas vient d’y être franchie.

Le pays a interdit l’alcool durant trois mois, pour éviter les bagarres, la violence intrafamiliale ou les fêtes très alcoolisées durant les week-ends. La situation y étant toujours préoccupante, la vente d’alcool vient d’y être interdite à nouveau depuis la mi-juillet. Du côté de la police et des médecins, on constate une nette baisse des admissions aux urgences, du côté des brasseries et vignobles sud-africains, on craint la faillite.

Pour ce qui est de la période de déconfinement, si on peut toujours l’appeler ainsi au vu des mesures qui se renforcent un peu partout, selon une étude menée par YouGov pour l’International Alliance for Responsible Drinking dans différents pays à travers le globe, il semblerait que pour la plupart des personnes à travers le monde ne boit pas plus de nos jours qu’avant le confinement. D’après le sondage, 11.000 des répondants consomment moins d’alcool ou ont même arrêté. 

Plus d'actualité