Covid-19: Partir en voyage cet été est-il déconseillé?

Les experts ne sont pas unanimes. Certains déconseillent de partir en vacances cet été, tandis que d'autres préfèrent plutôt donner des recommandations pour ne pas ramener le coronavirus dans sa valise.

- Unsplash

« Ne voyagez pas, ou du moins pas trop loin. » Selon un article du Morgen, cité par le Soir, l’avis des virologues semble clair. Face aux nouveaux foyers de contagion découverts en Europe, ils déconseillent de partir en voyage cet été. Yves Coppieters appelle également à la prudence, mais il n’est pas tout à fait de cet avis. « Si on devait déconseiller aux gens de voyager, on aurait dû le faire beaucoup plus tôt », estime l’épidémiologiste, qui s’étonne pour le moment du « message si radical des experts ». « Il y a de quoi semer la confusion dans l’esprit des gens », ajoute le professeur de santé publique à l’ULB.

Quelques conseils si vous partez en vacances

L’avertissement des experts arrive un peu tard. De nombreuses familles et amis ont déjà réservé leurs vacances, pris leurs congés ou sont déjà partis. Que faut-il faire alors? Tout annuler? Cela dépend avant tout de votre destination. Yves Coppieters conseille de « bien se renseigner sur l’état de l’épidémie dans la zone de vacances ». Celui-ci doit être identique à celui de la Belgique. « Si les gens vont dans des zones européennes comme les nôtres, ils peuvent partir tranquilles », rassure l’expert. « Si les gens maintiennent les gestes barrières dans leur lieu de vacances et sont capables d’aller se faire tester s’ils ont des symptômes, je ne vois pas pourquoi il faut, à ce stade-ci, émettre des recommandations si radicales. » Par contre, si la région recense encore beaucoup de transmissions, deux cas de figures s’offrent aux vacanciers: soit annuler, soit prendre encore plus de mesures de protection individuelles, en évitant le plus possible les contacts extérieurs.

La présidente du groupe d’experts en charge du déconfinement Erika Vlieghe recommande de son côté des plans de voyage flexibles. « De courtes pauses, pas trop loin, de préférence avec votre propre moyen de transport afin que vous soyez libre de revenir rapidement. »  Tous déconseillent fortement les voyages hors de l’Europe.

La pression des experts pour un cadre juridique

Pour Yves Coppieters, le problème actuel réside plutôt du côté du retour des vacances. Aucune stratégie rigoureuse n’a été mise en place pour les Belges revenant de régions touchées. « On conseille aux gens, à leur retour de vacances, de prendre contact avec leur médecin généraliste et s’ils ont été dans un foyer de transmission de rester isolés 14 jours ou de se faire tester », explique l’épidémiologiste à propos de cette stratégie basée pour l’instant « sur le conseil et le bon sens, et non sur des réglementations officielles ». Ceci n’est pas suffisant pour le professeur, qui déplore l’absence de relais politique et d’accompagnement plus individualisé. En juin, le GEES a explicitement demandé au monde politique de créer un cadre juridique pour ce type de situation, selon l’épidémiologiste Pierre Van Damme. En vain.

Le sujet est à nouveau sur la table. Au micro de LN24, Yves Van Laethem a plaidé pour que l’on réfléchisse, dans les semaines à venir, à pouvoir contraindre certaines personnes à se mettre en quarantaine si elles ont séjourné dans une zone à risque, alors que ce n’est pas permis par la loi pour le moment. Il y voit un intérêt en cas de seconde vague touchant la Belgique. « Un cadre juridique doit être mis en place cette semaine encore afin de pouvoir mettre en quarantaine les vacanciers qui reviennent de zones à haut risque », a confirmé le microbiologiste Herman Goossens lundi matin sur Radio 1. « Je suis surpris qu’il n’y ait pas encore de feuille de route. C’est vraiment très urgent », estime-t-il, afin de pouvoir réagir de manière appropriée.

Plus d'actualité