" Les Grenades " débarquent cet été en radio

Les Grenades, le média de la RTBF qui traite l’actualité d’un point de vue genré, sera désormais en radio sur La Première, tous les samedis de 9 h à 10 h. Une émission assez unique dans le paysage audiovisuel.

Les Grenades, qui traite de l'actu d'un point de vue genré, débarque en radio

“ La Première se bouge cet été”, se réjouit la journaliste et réalisatrice Safia Kessas qui a conçu au départ le projet des Grenades. L’émission a été créée pour donner écho sur la chaîne publique à tous les enjeux liés à l’égalité, les droits des femmes, le genre “ qui sont des questions qui prennent de plus en plus d’ampleur ”. De multiples thèmes seront abordés durant les deux mois à venir. L’émission commencera par s’interroger sur comment le racisme affecte les femmes concernées. Mais aussi « quelles injonctions pèsent encore sur les corps des femmes en 2020 ? »  « Est-ce que la crise du Covid-19 a mis à mal le mouvement #MeToo ? » « Comment les femmes considèrent-elles l’amour à l’heure de Tinder ? » « Notre approche permet de mettre en lumière des aspects moins connus d’une situation. Nous pourrons ainsi aborder la colonisation sous l’angle de l’intime et de l’histoire sociale », explique Safia Kessas.

« Il n’y a pas une femme mais des femmes »

Les Grenades ont été créées en mars 2019 à l’occasion du 8 mars. Une vingtaine de personnes – issues des associations, des journalistes, des blogueuses – collaborent à ce projet. Le nom de l’émission fait référence au fruit du même nom “qui recèle de multiples graines qui sont différentes. C’est une façon de dire qu’il n’y a pas la femmes mais des femmes car on a encore trop souvent tendance à les essentialiser. Et puis c’est un fruit parfois acide ”, explique Safia Kessas.
Chaque émission s’articulera autour d’un thème décortiqué à l’aide de plusieurs chroniques et d’une interview d’une personnalité, le tout dans un ton informatif et décontracté. L’émission sera animée par Safia Kessas et sera agrémentée d’une programmation musicale en lien avec le thème de l’émission. La chronique de Mathieu Neuprez sillonnera la Belgique pour écouter le cœur des Belges sur ces sujets tandis que la chronique Grenadine à siroter introduira le débat en analysant son sujet à travers un angle différent.

« Une ligne éditoriale pointue mais pas militante »

“ La crise du Covid a été un accélérateur car les femmes dans cette situation inédite ont été en première ligne. La crise a révélé des inégalités criantes et a mis le focus sur les care, la santé, les violences, les charges domestiques… Ces sujets suscitent beaucoup de questions, nous essayerons durant l’été d’y répondre le mieux possible sans faire la leçon”, rapporte Safia Kessas. Dans la foulée, les grenades ont lancé un podcast “en tête à tête” sur “ La Première ” pour penser la crise et l’après sous une prise genre et égalité. “ On s’est rendu compte qu’on pouvait aller plus loin en touchant un autre public avec La Première qui est une chaîne affinitaire et qui cherche à donner du sens. Nous avons une ligne éditoriale précise, pointue, mais pas militante. ”
En France, se déroulent de nombreux projets similaires : les podcasts comme “ la poudre ”, “ les couilles sur la table ” ou “ kiffe ta race ”. Mais aussi “ Pas mon genre ” sur France inter ou “ les Brutes ” au Québec. “ En fait, c’est une vraie tendance de l’info et nous sommes précurseures en Belgique. Quand on a parlé du projet avec Franck Istasse, Jaques Cremers et Laetita Huberti, les responsables contenus et éditoriaux, tout le monde a été enthousiastes pour la radio. ”

« En tous cas, on est là »

En attendant, pour Safia Kessas, il est trop tôt pour dire comment se porte le féminisme suite à la crise du Covid. “ À la fois, on a pris conscience de l’utilité des femmes dans la société et de l’importance de leur travail. Mais de l’autre côté en période de crise, on assiste souvent à un recul des droits des femmes avec une augmentation des violences conjugales, du harcèlement de rue, une précarité accrue des familles monoparentales, estime Safia Kessas. On verra ce qui se passera avec le secal ( le service des créances alimentaires) et l’IVG. Mais en tout cas, nous, on est là. ”

https://www.rtbf.be/info/dossier/les-grenades

 

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité