Robert Verteneuil, une chute en 6 jours

La séquence a été rapide. Pour avoir donné l'impression de pactiser avec le MR Georges-Louis Bouchez, le président de la FGTB Robert Verteneuil est remplacé par le liégeois et très régionaliste Thierry Bodson.

Robert Verteneuil a été remplacé en 6 jours

La mèche avait été allumée sur un plateau télé, dans l’émission « C’est pas tous les jours dimanche » de Christophe Deborsu. Le président du MR, avec son côté frondeur, avait mis au défi le patron du syndicat rouge d’organiser une entrevue avec pour objectif de parler de son idée du 1er mai, celle d’un grand pacte social pour faire face aux nouveaux défis conséquents à la crise du Coronavirus. Robert Verteneuil avait répondu par l’affirmative, mais sans prévenir son organisation ni recevoir de mandat en ce sens.

L’éventuel pacte social

Plus encore, le désormais ex-patron de la FGTB avait pris soin de convoquer deux journalistes des quotidiens Le Soir et Sud-presse. Mal lui en prit. Au lendemain de cette rencontre, Verteneuil produisait un communiqué qui disait le contraire des informations enregistrées à l’issue de la rencontre. Clairement un rétropédalage. A la FGTB, on n’a pas gobé l’histoire. Un seul élément a été retenu, à présent dénoncé officiellement. « Un éventuel pacte social a été évqoué lors de cette rencontre et l’impression a, tout le moins, été donnée que la FGTB et le MR étaient subitement sur la même longueur d’onde. » De longue date cependant, Robert Verteneuil était critiqué au sein d’une FGTB traversée par des courants d’extrème-gauche et régionalistes. On lui reprochait son penchant pour la lumière médiatique.

Vendredi, le président désavoué de toutes parts avait alors mis la question de la confiance sur la table, en particulier celle des instances wallonnes. Ce mardi matin, un comité fédéral de la FGTB a entériné le résultat négatif et remplacé sur le champs le président en nommant par intérim Thierry Bodson. Les candidatures à la présidence de la FGTB fédérale ont été ouvertes dans la foulée et seront clôturées le 15 juin prochain à 17H. Aux alentours du 15 septembre 2020, un comité fédéral sera convoqué pour procéder à une élection officielle.

De mauvaise augure pour le pays

On pourrait résumer l’affaire de simples brouilles au sein d’un puissant syndicat. Mais alors qu’aucun accord politique ne parvient à être dégagé pour former un gouvernement sur base des résultats électoraux du 26 mai dernier, ce qui peut apparaître comme une fermeture de la FGTB au dialogue et au compromis augure de difficultés probablement accrues pour réunir une majorité. Georges-Louis Bouchez, de son côté, dit rencontrer tous les acteurs clés pour faire face à la situation. Il voit très certainement le président du PS Paul Magnette et entend pouvoir rencontrer la présidente de la CSC prochainement, Marie-Hélène Ska.

Thierry Bodson est connu pour ses positions en pointe et régionalistes en faveur de la Wallonie qui n’a jamais eu sa langue dans sa poche. C’est aussi cependant un homme d’un grand pragmatisme, dôté d’une longue expérience alors qu’il affiche 60 ans au compteur. En attendant,  la FGTB qui ne veut sans doute pas donner l’impression d’apporter du chaos à la crise a fait valoir qu’elle était d’ores et déjà en ordre de marche pour faire face à l’urgence d’une crise socio-économique qui s’annonce profonde pour le monde du travail.

Plus d'actualité