Nouvel espoir dans la disparition de Maddie McCann après 13 ans de mystère

L'enquête sur la disparition de la petite Maddie, en 2007 au Portugal, a identifié un nouveau suspect, relançant cette mystérieuse affaire pleine de rebondissements, de fausses pistes, mais aussi d'espoir.

Un hommage à la petite Maddie, au Portugal en 2017, soit dix ans après sa disparition - BELGA IMAGE/FRANCISCO LEONG

C’est un fait divers qui a tenu la planète en haleine. Le 3 mai 2007, Madeleine McCann, une jeune Britannique de presque 4 ans, a disparu de sa chambre dans la station balnéaire de Praia da Luz, dans le sud du Portugal, où elle séjournait en vacances avec sa famille. De retour de leur dîner entre amis, les parents, horrifiés, ont découvert son lit vide, les volets et la fenêtre ouverts. Où est passée la petite Maddie? Plus de treize ans après les faits, le mystère reste entier. Ni la fillette, ni le coupable n’ont été retrouvés.

Dès le début de l’enquête, plusieurs pistes ont été envisagées: de l’égarement jusqu’à l’enlèvement pour le compte d’un réseau international pédophile, en passant par l’implication des parents qui auraient voulu maquiller une mort accidentelle en enlèvement. Aucune ne s’est révélée concluante. Pendant ce temps-là, les critiques fusent entre les police portugaise et britannique, par médias interposés. Toute la Grande-Bretagne, du Premier ministre à David Beckham, se mobilise pour retrouver la fillette au visage angélique. Après quatorze mois d’investigations controversées, l’inspecteur chargé de l’enquête est limogé. La police portugaise classe l’affaire en 2008 pour « manque de preuves concluantes ».

Cinq ans plus tard, elle rouvre le dossier à la demande de Scotland Yard. Convaincus que Maddie est toujours vivante, les policiers britanniques diffusent une photo de la petite Britannique, vieillie par ordinateur. Sans succès. Depuis lors, une cellule de veille a été maintenue sur le dossier, mobilisant de moins en moins d’enquêteurs au fil du temps. Treize ans et une série documentaire sur Netflix plus tard, l’affaire ultra-médiatisée reste non élucidée, malgré les innombrables pistes.

Les parents de Maddie McCann

© BELGA IMAGE/Tal Cohen

Le profil du nouveau suspect

Le dernier rebondissement échappera-t-il à la règle? Ce mercredi, la police allemande a annoncé enquêter sur un nouveau suspect, un Allemand de 43 ans déjà condamné à plusieurs reprises, notamment pour avoir abusé sexuellement d’enfants. Actuellement en prison, l’homme aurait vécu régulièrement en Algarve entre 1995 et 2007, notamment pendant plusieurs années dans une maison située entre Lagos et Praia da Luz. Les enquêteurs le décrivent comme un homme blanc d’environ 1m80, qui à l’époque avait « les cheveux blonds courts » et vivait de cambriolages commis dans les résidences touristiques de la région. Autre élément suspect: le suspect aurait reçu un coup de fil intriguant le soir de la disparition de la petite Maddie.

La piste d’un délinquant sexuel à l’origine de l’enlèvement a été de nombreuses fois étudiée, jusqu’à présent sans succès. À l’instar de la police britannique, le porte-parole de la famille a pourtant qualifié ce rebondissement d’« important ». « Des milliers de pistes et de suspects potentiels mentionnés par le passé ou discutés dans les médias, il n’y a jamais eu quelque chose d’aussi clair, non de la part d’une police, mais de trois polices », a-t-il déclaré. Conjointement avec les polices britannique et portugaise, la police allemande a lancé un appel à témoin pour recueillir tout renseignement au sujet du suspect. Jeudi midi, lors d’une conférence de presse, le parquet de Brunswick, en Allemagne, a annoncé l’ouverture d’une enquête pour meurtre. « Vous pouvez en déduire que nous pensons que la petite fille est morte », a déclaré le représentant officiel.

Les parents de Maddie, Gerry et Kate McCann, ne perdent cependant pas espoir. « Tout ce que nous avons toujours voulu, c’est la retrouver, découvrir la vérité et traduire les responsables en justice. Nous ne renoncerons jamais à l’espoir de retrouver Madeleine vivante. Mais quelle que soit l’issue, nous avons besoin de savoir, car nous devons trouver la paix. »

Plus d'actualité