Les magasins de tissus peuvent réouvrir, pas ceux de déco

Les magasins spécialisés dans le tissu ont rouvert ce matin. Mais, parmi les autres commerces qui en proposent pourtant aussi dans leur gamme, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne. Seuls ceux proposant du tissu « d’habillement » sont autorisés à accueillir des clients.

Les magasins de tissus peuvent réouvrir, pas ceux de déco

Depuis le début de cette période de confinement forcée, les seuls magasins qui avaient le droit de rester ouvert étaient ceux des secteurs de première nécessité : les supermarchés pour se nourrir, les pharmacies pour se soigner et les librairies pour rester informés.

Mais cette autorisation, aux allures pourtant strictes, permettait à certaines enseignes de continuer à vendre des biens loin d’être prioritaires. C’est notamment le cas des grandes surfaces de type Carrefour ou Cora qui, outre de l’alimentaire et des produits du quotidien, vendent également électroménager, hi-fi, textile et autres…

Une bonne occasion pour certains de profiter de leurs courses hebdomadaires pour se faire plaisir ou acheter certains articles d’urgence sans passer par le commerce en ligne.

Il est donc assez logique de se demander si avec la réouverture des merceries et magasins de tissus, d’autres boutiques, proposant plus que le nécessaire à la fabrication de masques, pourront rouvrir.

La chaîne de magasins Veritas par exemple, vend du tissu mais également vêtements, sous-vêtements et accessoires.  Ils ont rouvert ce lundi matin et beaucoup de couturiers, experts ou en herbe, se sont dirigés vers ces enseignes au gros bouton jaune. « Nos clients ont été au rendez-vous. Il y avait de longues files avant l’ouverture des magasins et il y en a encore beaucoup actuellement », explique Audrey Wilmart, responsable des ventes pour la Wallonie. L’ensemble de l’assortiment habituel des magasins est disponible à l’achat. « Mais bon, le plus important reste la vente de fourniture pour la confection de masques et on privilégie l’accès aux tissus et autres produits de mercerie. »

Pas n’importe quel tissu

Il est également facile d’imaginer que de nombreux magasins de décoration, proposant souvent différents tissus à la vente, vont profiter de l’occasion pour rouvrir avant les autres commerces. Les magasins Textil Décors par exemple, présents entre Namur et Charleroi. Mais vont-ils aussi vendre des articles de décoration ? « Nous n’avons pas encore eu l’occasion d’y réfléchir », nous répond-on. « Les gens ne s’y intéressent pas. »

Les enseignes Tonton Tapis, qui proposent tentures, peintures et autres revêtements de sol, ont également rouvert, mais selon leurs communes et zones de police, ils ont été assimilés aux magasins de bricolage ou non. « Désormais, on peut aussi ouvrir », explique Michael Hougrand, gérant du magasin de Waremme. « On dispose de 3.400 rouleaux de tissus en magasin. Ils conviennent très bien pour faire des masques. On en a même fait nous-même pour tester ! »

Mais comment savoir si un commerce proposant du tissu peut rouvrir ou non ? Il suffit de lire les détails de l’Arrêté ministériel du 30 avril, qui stipulent que peuvent rester ouvert « les commerces de détail spécialisés qui vendent des tissus d’habillement ».

C’est ce qui explique que les magasins Decorama, grandes surfaces consacrées à la décoration et à l’aménagement intérieur, resteront clos, bien qu’ils vendent beaucoup de tissu. « La police m’a envoyé un mail ce dimanche m’interdisant strictement d’ouvrir », explique Carlo Schauss, administrateur de la société. Pensant que leurs marchandises étaient comparables avec celles de beaucoup de magasins de bricolage, les trois enseignes avaient rouvert, avant de devoir fermer à nouveau. « Pourtant, pendant ce temps, beaucoup de gens sont venus se fournir en tissus chez nous pour faire des masques… Mais le courrier de la police de Malmédy a été très clair. Nous restons fermés. »

Sur le même sujet
Plus d'actualité