Le nombre de personnes guéries, l’autre chiffre sous-estimé

En cette période de crise sanitaire, il semble bon de rappeler tous les chiffres. Ceux qui rassurent aussi.

belgaimage-162129463-full

Chaque jour, depuis le début de l’épidémie en Belgique, les médias et les citoyens sont suspendus au bulletin épidémiologique de l’Institut de santé Sciensano. Combien de nouveaux cas de contamination ? Combien de personnes hospitalisées ? Combien de morts ? Les informations peuvent rapidement devenir anxiogènes. Mais on oublie parfois de regarder un chiffre plus positif, celui du nombre de cas guéris.

En Belgique, ce mardi, on dénombre officiellement 410 cas de guérison depuis le 13 mars.  Ce chiffre ne porte que sur les malades qui ont dû être hospitalisés et qui ont pu rentrer chez eux. Cela ne représente donc pas l’ensemble des guérisons du coronavirus dans le royaume. “On regarde pour le moment le nombre de personnes hospitalisées après avoir déduit le nombre de personnes sorties de l’hôpital parce que c’est ça qui nous intéresse en premier chef : s’assurer que l’on ne dépasse pas cette capacité hospitalière”, explique Marius Gilbert, épidémiologiste et chercheur à l’ULB.

La pointe de l’iceberg

Tout comme l’ampleur de l’épidémie, le nombre de cas guéris est en réalité bien plus grand. À ces 410 cas, il faudrait ajouter les guérisons des personnes diagnostiquées qui ont été placées en isolement chez elles, pour qui une hospitalisation n’était pas nécessaire. Mais aussi celles des personnes contaminées et asymptomatiques qui n’ont jamais été testées. Des données pour l’instant impossibles à rassembler.

Surtout que la déclaration de guérison est, elle aussi, discutable. Aucun test n’est réalisé pour vérifier que la maladie a bien disparu. Pour le moment, les médecins se basent sur un seul critère pour déclarer un patient guéri : la disparition des symptômes. Une méthode face à laquelle la prudence reste de mise. Sans symptôme, le patient “guéri” peut tout de même, dans certains cas, rester porteur du coronavirus. Mais les médecins ne peuvent affirmer si la contagiosité est encore présente ou non.

Patience

Pour connaître avec certitude le pourcentage de guérison, il faudra attendre la fin de l’épidémie. La Chine, qui voit enfin le bout du tunnel, compte 81.558 cas de contamination dont 73.278 cas guéris, soit un pourcentage de guérison qui frôle les 90%. Ce chiffre pourrait être, lui aussi, bien plus élevé puisque, là aussi, un nombre incertain de guérisons sont passées sous les radars. En Europe, nouveau foyer principal de la pandémie, il est encore trop tôt pour tirer des conclusions. D’après les experts, se basant sur des études épidémiologiques menées dans l’Empire du Milieu, 98 % des personnes infectées par le coronavirus s’en remettent.

Sur le même sujet
Plus d'actualité