Coiffeurs fermés, magasins ouverts plus longtemps… quelles sont les nouvelles mesures et quid de la suite?

En plus des mesures fédérales de confinement du 17 mars, d’autres ont suivi ces derniers jours. On fait le bilan des derniers changements en date et sur la possibilité de voir le gouvernement serrer encore la vis.

belgaimage-162495965-full

Il y a une semaine, la Belgique se confinait pour de bon. Déplacements limités, toute une série de magasins fermés et d’activités suspendues… Le pays appuyait brutalement sur le bouton « stop ». Depuis, cette tendance ne s’arrête pas, bien au contraire. Petit à petit, d’autres secteurs sont touchés par les mesures de confinement édictées par le fédéral. Si certaines arbitrages étaient attendus, d’autres provoquent une colère noire chez les concernés.

Plusieurs décisions pour ce début de semaine

L’exemple le plus frappant de ce durcissement vient ce mardi d’un arrêté sur les magasins d’alimentation. Désormais, ceux-ci peuvent être ouverts de 7 à 22 heures, et non plus 20 heures comme auparavant. Le but : faire en sorte que tout le monde puisse aller faire ses courses tout en respectant la moins grande affluence nécessaire à la distance sociale. Mais ce qui peut faire plaisir aux clients provoque au contraire la fureur des employés des magasins. Myriam Delmée, présidente de l’organisation syndicale Setca et en charge du secteur commerce, est sous le choc : « c’est un vrai scandale quand on sait que le personnel des magasins crève déjà et que la revendication des organisations syndicales est de limiter les ouvertures, pas de les élargir. […] Il ne faudra passer s’étonner si à un moment des mouvements sociaux ont lieu. Travailler pour nourrir la population est une chose, mépriser le personnel, en ne le protégeant pas, et en demandant toujours plus est autre chose ! », dit-elle.

Autre mesure prise ce mardi 24 mars : la fermeture des salons de coiffure, épargnés jusque-là. Pour le coup, ceux-ci approuvent la décision. Ils avaient même menacé la veille de mettre le gouvernement en demeure si cette décision n’était pas prise pour les protéger. « Les coiffeurs indépendants peuvent compter sur une prime régionale de fermeture et un revenu de remplacement et leur personnel sur le chômage temporaire pour force majeure », précise Maggie De Block sur Twitter.

Dans les transports, la STIB, le TEC et la SNCB réduisent globalement leurs offres depuis ce lundi pour favoriser les trajets domicile-travail et ceux empruntés par le personnel médical. Pendant la journée, 75% des trains circulent et la nuit, beaucoup sont supprimés.

Quand il n’y en a plus, il en a encore (probablement)

Après tout cela, une question se pose : et après ? En effet, ces mesures ne sont probablement pas les dernières. Un communiqué de presse donne à ce sujet quelques précisions : « Les différentes mesures de confinement strict mises en place en Belgique dans le cadre de la lutte contre le coronavirus 9 seront évaluées ce vendredi 27 mars lors d’un Conseil National de Sécurité élargi aux Ministres-présidents ». Quant à ce qui serait décidé ce jour-là, aucune information n’a filtré.

On peut cependant lancer quelques hypothèses. Ce dimanche, la ministre de la Santé déclarait que « cette situation [épidémique] va durer encore au moins huit semaines ». Une prolongation du confinement est donc possible. Autre point : les parcs. Ces derniers jours, l’affluence dans ceux-ci a amené à la fermeture de certains d’entre eux. Le fédéral va-t-il décider d’étendre cette décision à tout le territoire ? On ne le sait pas encore. La FGTB redoute aussi que la Première ministre prenne certaines décisions en matière d’emploi : « Pas question de créer un effet d’aubaine ouvrant grand la porte à toute dérive en matière de temps de travail ou de nouvelles flexibilités », dit l’organisation ce mardi.

Sur le même sujet
Plus d'actualité