Covid-19: l’Ardenne et la côte se barricadent contre les touristes du week-end

Plusieurs communes, « vu l’urgence », ont pris des mesures pour prévenir un afflux probable de personnes en manque de nature pendant les week-ends. Alors que l’Ardenne est encore relativement épargnée par la pandémie, plusieurs incidents font redouter que le coronavirus ne l’atteigne.

belgaimage-55067539

Confinement veut dire confinement. C’est en somme le message qui ressort des autorités communales côtières et ardennaises. En se reposant sur un arrêté du ministère de l’Intérieur du 18 mars, plusieurs d’entre elles ont jugé nécessaire de préciser une disposition qui leur semble pourtant logique : pas de touristes, même pour les résidences secondaires. Certaines communes édictent même une interdiction totale de circuler pour les personnes non domiciliées en leur sein. Ce repli total répond à quelques incidents qui ont provoqué une prise de conscience du risque de voir le Covid-19 se répandre.

« Ne venez pas »

Quand on pense vacances en Belgique, c’est forcément la côte qui est dans toutes les têtes. Elle est donc particulièrement exposée à ce que des touristes amènent le virus avec eux. Il n’est en ce sens pas étonnant que Knokke ait été la première commune du pays à proclamer un lockdown, avant même les mesures fédérales.

Mais aujourd’hui, l’arrivée du beau temps renforce le sentiment d’insécurité sanitaire. Les stations balnéaires multiplient ainsi les messages pour rappeler la nécessité de rester confiné. « Veuillez vous conformer aux mesures gouvernementales et ne pas venir sur la côte. Reportez votre visite, même si vous êtes propriétaire d’une résidence secondaire ou si vous souhaitez rendre visite à un membre de votre famille », affiche en grand la ville d’Ostende sur son site officiel.

Ces mesures de prévention sont d’autant plus justifiées qu’en Flandre, la côte est l’une des zones les moins touchées par le Covid-19. Alors que dire de l’autre grande zone touristique belge, l’Ardenne ? Les provinces de Luxembourg et de Namur sont les plus préservées du pays. Bien conscientes qu’elles risquent de voir revenir leurs résidents secondaires lassés du milieu urbain, elles aussi mettent le holà.

À Durbuy par exemple, les autorités rappellent bien sur leur site que les mesures qui valent pour la côte le sont aussi pour l’Ardenne. Dans la province de Namur, Viroinval, qui compte un grand nombre de secondes résidences, déclare ce jeudi que toute personne non domiciliée sur son territoire est invitée à ne pas fouler le sol de la commune.

Répondre à des craintes croissantes

Si ces arrêtés sont pris, c’est qu’il y a des précédents. Le week-end dernier, la côte était à nouveau prise d’assaut, malgré la fermeture des restaurants, bars… En Ardenne, même topo, comme avec un rassemblement de jeunes à La Roche qui a depuis édicté jusqu’à la fermeture de ses hôtels et l’évacuation des résidences secondaires. En conséquence, l’une après l’autre, les communes ardennaises ont suivi le mouvement.

Pour veiller à la bonne application de ces mesures, les autorités et la police peuvent désormais se reposer sur des listings recensant les résidents secondaires. Des contrôles sont opérés afin de vérifier que ceux-ci sont bien absents. Enfin, un contrôle aux frontières avec les Pays-Bas devrait encore un peu plus rassurer les zones touristiques du pays. La proximité de ce pays, parmi les rares en Europe de l’Ouest à ne pas adopter la mise en quarantaine, avait suscité ces derniers jours l’anxiété dans les communes ardennaises, particulièrement prisées des Néerlandais.

Sur le même sujet
Plus d'actualité