Coronavirus : et si notre vie d’après était complètement transformée ?

Depuis quelques jours, notre quotidien, notre rapport même à la société est complètement chamboulé. Vers quoi se dirige-t-on?

belgaimage-162680826-full

Plus question de voir ses parents, plus d’embrassades, plus de poignées de main. Les voitures ont, en grande partie, déserté les axes routiers. Le télétravail s’organise tant bien que mal et la majorité des réunions se sont transformées en mails. Plus de verres entre amis, plus de restaurants, plus de concerts, mais une grande inquiétude qui nous réveille chaque jour : comment vont nos proches ? Va-t-on passer au travers de cette épidémie ?

Le personnel soignant fourni des efforts phénoménaux pour essayer de préserver la santé de la population. La boule au ventre, ils se rendent sur le front chaque matin. Les initiatives citoyennes s’organisent pour venir en aide aux plus précarisés, des groupes Facebook proposent d’aller faire des courses pour les personnes âgées, d’autres partagent le contenu de leurs réserves. Les apéros Skype sont légion, la population applaudit aux fenêtres. Un nouveau monde – que l’on doit encore s’approprier – commence à s’organiser.

On assiste également à des comportements égoïstes et inconscients. La ruée dans les magasins en est un exemple concret, tout comme les initiatives malveillantes de certaines personnes, qui revendent le papier hygiénique à prix d’or sur internet, ou qui se font passer pour des société de désinfection mandatées par le gouvernement, pour tenter de pénétrer le domicile des personnes les plus isolées. Le risque de violence intra-familiale augmente également, en raison du confinement.

Réinvestir sa vie personnelle  

belgaimage-162688891 Mais d’autres profitent de ce « lockdown » pour réinvestir leur vie personnelle. En se partageant des conseils de lectures, en bricolant, en jouant à des jeux de société avec leurs enfants. Les artistes réinventent des manières de divertir, notamment à travers des sessions lives sur les réseaux sociaux. La nature reprend ses droits dans certaines régions de l’Italie, notamment, et la pollution diminue drastiquement dans de nombreux pays. Un mode de vie qui nous semblait totalement ubuesque jusque-là se met en place.

Un utilisateur du réseau social Twitter imaginait le monde « d’après » dans un thread mi-ironique, mi-réaliste. Mentionnant d’abord comment de nombreuses professions pourraient se réorganiser pour travailler en grande partie à distance, évoquant ensuite le désengorgement des routes et la transformation à long terme de nos pratiques quotidiennes. Cette épidémie aura un impact sur notre économie. De nombreuses entreprises ne s’en relèveront pas : il faudra alors repenser, comme ça a été le cas après la crise de 2008 ou après le krach boursier de 1929, à notre modèle économique global. Peut-être en partageant les heures de travail ?

Comme le précise le Time, faisant état de la situation en Chine, qui « revient à la normale » « Certains services récupèrent beaucoup plus rapidement que d’autres. Les usines souffrent fortement de la situation étant donné la dépendance de ces dernières à l’égard des chaînes d’approvisionnement. Les domaines high-tech et les chaînes hautement automatisées ont par exemple une plus grande capacité de rebond que les autres. » Le pays se tourne d’ailleurs vers une transition de plus en plus digitale.

En Chine « Plus de 100 sociétés immobilières à travers le pays ont déposé leur bilan en janvier et février» – ce qui a poussé les autorités à réfléchir à une autre manière de gérer le parc immobilier. Autre changement drastique : la qualité de l’air. Les mesures appliquées par la Chine lors de l’épidémie de coronavirus ont réduit la pollution atmosphérique mortelle, sauvant potentiellement la vie de dizaines de milliers de personnes, a déclaré un chercheur de l’Université de Stanford. Marshall Burke expliquait ainsi que cette meilleure qualité de l’air a potentiellement pu éviter entre 50.000 et 75.000 décès prématurés. Un autre monde s’organise. Sommes-nous prêts ?

Sur le même sujet
Plus d'actualité