Le sport, un remède indiqué ?

Face au Covid-19, une activité physique modérée est recommandée. Sauf pour les débutants.

belgaimage-162656660

Rester chez soi. C’est le mot d’ordre général, depuis l’annonce des dernières mesures prises par les autorités dans la lutte contre le Covid-19. Avec quelques exceptions permises, dont celles de sortir faire du sport. « L’activité physique en plein air est autorisée et même recommandée. Elle peut s’exercer avec les membres de la famille vivant sous le même toit et un ami ». Voilà pour les recommandations officielles. Pour autant, faut-il à tout prix se précipiter sur ses chaussures de running ?

De la modération, encore et toujours

Le sport, c’est bon pour la santé. L’adage est archi-connu. Selon le médecin du sport et professeur en physiologie cardiovasculaire au CHU de Rennes François Carré, les études scientifiques ne manquent pas pour prouver que « l’activité physique modérée booste [le] système immunitaire », comme il l’explique à Ouest-France. Faire régulièrement de l’exercice permet de renforcer les défenses de l’organisme face aux attaques extérieures, comme un virus. Avec les endorphines qu’il sécrète, le sport fait en outre du bien au moral, ce qui n’est pas un luxe dans cette actualité juste un peu anxiogène.

 Mais le tout, en cette période d’épidémie, est de ne pas forcer. Une activité trop intense est en effet contre-productive, puisqu’elle « affaibli le système immunitaire », rappelait au micro de la RTBF Marc Francaux, professeur en physiologie de l’exercice à l’UCLouvain. L’enjeu est donc de ne pas aller au bout de soi-même et de ne pas pré-fatiguer le corps, soumis à rude épreuve en cas de contamination.

Si vous sortez courir avec quelqu’un, respectez des mesures de distanciation sociales renforcées. Les 1,5 mètres normalement de vigueur pourraient bien ne pas suffire : « Quand on produit un effort, on ventile beaucoup plus, l’expiration est beaucoup plus importante et les aérosols qui peuvent contenir le virus sont projetés beaucoup plus loin, à plusieurs mètres » explique Marc Francaux à la RTBF. Même sans présenter de symptômes, le sportif peut donc contaminer un partenaire d’entraînement trop rapproché, via les microgouttelettes qui sont expulsées en respirant.

Pas le moment de se mettre au sport

Vous êtes un sédentaire endurci, vous voulez rattraper votre passé de fumeur et aller courir un marathon pour vous blinder contre le virus ? Mauvaise idée. Se lancer dans une activité sportive alors qu’on n’est pas ou plus actif depuis longtemps ne vous empêchera pas d’attraper le virus, qui n’a que faire de votre condition physique. Vous ne bénéficierez pas avant plusieurs semaines des bienfaits du sport sur votre système immunitaire ; dans le même temps vous courez donc le risque d’affaiblir votre corps, alors même que vous êtes peut-être contaminé.

De la même manière, Marc Francaux et Jean-François Kaux, professeur de médecine physique à l’ULiège, recommandent dans une carte blanche publiée dans Le Soir, d’arrêter toute activité physique à la moindre suspicion de contamination. Ceci même pour les personnes entraînées. Et cela vaut aussi bien pour le sport en intérieur qu’en plein air.

 

Plus d'actualité