Adèle Haenel : Promise à « une carrière morte », elle signe à Hollywood

Une semaine après la tumultueuse Cérémonie des Césars, un directeur de casting s’en est pris violemment à la jeune actrice.

belgaimage-157861567-full

C’est l’ambiance dans le petit monde du cinéma français. Les réactions s’enchaînent, après la remise du César du meilleur réalisateur à Roman Polanski et le coup de gueule d’Adèle Haenel, partie avant la fin de la cérémonie. Après Jean Dujardin ou Fanny Ardant, c’est au tour d’Olivier Carbone, un directeur de casting, d’apporter son soutien au réalisateur. Sans s’embarrasser de concepts tels que le tact ou l’élégance. « Haenel tu es minuscule par rapport au talent de Roman ! Tu es qui pour avoir un melon et te la raconter comme ça face à un monstre vivant ! Tu fous la gerbe ! a-t-il posté sur Facebook, prophétisant : « Vu mes sources Haenel, tu vas avoir une bonne surprise très prochainement, avec une bonne omerta, carrière morte bien méritée qui lui pend au nez ».

Hollywood devant elle

Il faut croire que les « sources » d’Olivier Carbone sont bien mal renseignées. Pas plus tard que ce mardi 4 mars, le site Deadline a annoncé qu’Adèle Haenel rejoignait CAA (Creative Artists Agency). L’actrice de 31 ans a signé un contrat avec cette agence d’artistes, qui est parmi les plus prestigieuses d’Hollywood. CAA représente des gros noms comme George Clooney, Scarlett Johansson, Cate Blanchett, Jessica Chastain, etc.

Plutôt pas mal donc, pour une « carrière morte ». D’autant que le dernier film dont la comédienne partage l’affiche, Portrait de la jeune fille en feu (Céline Sciamma) est sorti aux États-Unis. Il y a plutôt été bien reçu, avec 2,5 millions de dollars de recettes. Adèle Haenel joue également dans Les héros ne meurent jamais d’Aude-Léa Rapin, présenté lors du dernier Festival de Cannes. Le film sort dans les salles françaises le 6 mai 2020.

Sur le même sujet
Plus d'actualité