Le come-back dans le sport: bonne ou mauvaise idée?

De nombreuses joueuses ont tenté de revenir au plus haut niveau. Avec souvent très peu de succès et surtout, avec le risque de ternir leur légende.

serena_willimas_2020

Première à tenter l’expérience, Jennifer Capriati a certainement donné espoir à beaucoup de joueuses. Presque forcée à la retraite après plusieurs ennuis judiciaires, elle revient à la compétition dans la quasi indifférence générale en 1996. Elle devra attendre 2001 pour retrouver les sommets, remportant entre autres l’Australian Open et Roland-Garros (face à Kim Clijsters). Une blessure à l’épaule met un terme définitif à son parcours en 2004.

Plus jeune joueuse à remporter un grand chelem, Martina Hingis se retire du tennis alors qu’elle n’a que 23 ans. Elle y revient après trois ans d’absence mais sans l’éclat qui la caractérisait. Un contrôle positif à la cocaïne marquera la fin définitive de son parcours.

5e joueuse la plus titrée, recordwoman des titres en grand chelem, Serena Williams s’interrompt provisoirement en 2017, pour donner naissance à son premier enfant. Toujours affamée de victoires, elle revient en 2018 mais enchaîne les défaites. Aujourd’hui, elle n’est plus que 9e au classement WTA…

Découvrez également notre article Le retour de Kim Clijsters à Dubaï : l’incroyable challenge

Joueuse emblématique des 80′-90′, Monica Seles est restée dans les mémoires suite à l’agression d’un spectateur qui lui plante un couteau dans le dos à même le court. Blessée, elle revient à la compétition deux ans plus tard, remporte quelques grands tournois mais n’est définitivement plus la patronne. Une fracture de stress la force à s’arrêter en 2003 et même si, entre 2004 et 2008, elle envisage à plusieurs reprises de revenir, elle ne concrétise jamais son envie.

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité