Norman Thavaud « Votre question est curieuse »

Youtubeur hyper-célèbre, il est sur scène avec Le spectacle de la maturité. Conversation avec un phénomène.

belgaimage-158582308

Depuis vos premières vidéos devant votre étagère jusqu’à Forest National, vous n’êtes plus le même garçon?

J’espère avoir mûri… Je suis devenu papa, je suis devenu un homme, j’ai connu d’autres expériences. Donc je ne raconte plus les mêmes choses.

Le personnage underground qu’on a découvert sur Internet il y a dix ans a accepté de faire de la publicité pour des marques. Avez-vous vendu votre âme au diable ou vous vous en foutez parce que vendre son âme au diable, ça vaut le coup pour autant d’argent?

(Rire.) L’économie d’Internet fonctionne avec la pub. Les publicités ont construit ce que je suis, je ne vais pas cracher dessus… Après, il y a une différence entre ça et l’homme-sandwich qui vend son cul à tout-va et n’a plus de valeur au final. J’ai parfois fait de mauvais choix, je le regrette un peu, mais globalement ça va…

Vous avez un nombre hallucinant d’abonnés sur Youtube – selon Wikipédia, plus de 11 millions pour un total de 2,1 milliards de vues. Quand vous vous levez le matin, vous vous sentez comme le Roi lion observant sa savane depuis son rocher?

Non, je ne m’arrête jamais pour regarder les gros chiffres. Je suis toujours en train de voir ce que je pourrais faire, je pense toujours au lendemain.

Non, mais des chiffres comme ceux-là, on fait une fête, non?

C’est ça qui vous intéresse, la fiesta. J’ai fait une fête pour mes 10 millions d’abonnés…

Ah, vous voyez!

Mais c’était il y a deux ans. Et en tant que chef d’entreprise, j’avais mis un beau budget. J’avais invité une cinquantaine de personnes, et on s’est complètement bourré la gueule…

Si vous n’étiez pas vous, seriez-vous fan de vous?

Franchement, oui. Je pense que je me mettrais un pouce en l’air à chaque vidéo. Votre question est curieuse, mais moi, j’adore l’humour réaliste, l’humour de la vraie vie. Donc je pense que j’aurais aimé mes vidéos.

Quelle est la chose la plus bizarre que vous ayez vécue avec un ou une fan?

Au début, quand j’ai commencé à avoir du succès, j’habitais dans une petite HLM à Montreuil et tous les jours, il y avait des dizaines de personnes qui venaient sonner à la porte… À la fin, j’ai dû devenir un peu sévère, et j’ai même dû déménager.

Pendant combien de temps avez-vous déjà été en panne d’inspiration. Un jour? Deux jours? Une heure? Un an?

Bonne question. Peut-être deux ou trois mois… Quand j’ai eu ma fille, je me suis arrêté…

Trois mois, quand même…

Parfois, je me force à faire une vidéo et c’est une mauvaise chose parce que c’est bâclé, c’est pas authentique et les gens le voient: ils n’aiment pas.

Un plaisir coupable inavouable?

Je suis un grand fan de serial killers et de chocolat au point qu’aujourd’hui, je suis au régime. Depuis trois semaines, j’ai perdu cinq kilos…

Vous étiez devenu un peu enrobé?

Et pas qu’un peu!

La question que vous ne supportez plus qu’on vous pose?

“Où vous voyez-vous dans dix ans?” Une question qu’on me posait déjà il y a dix ans et qui suppose que mon activité est précaire et éphémère.

Le 5/3, Forum de Liège. Le 6/3, Forest National, Bruxelles.

Sur le même sujet
Plus d'actualité