Les 75 ans du Congo belge en dates et en chiffres

Notre ex colonie, qui fêtera en juin le 60ème anniversaire de son indépendance, peut s’appréhender selon des chiffres qui impressionnent, interpellent ou inquiètent…

belgaimage-57309351

12ème

Les terres africaines dont le roi Léopold II s’est rendu propriétaire lors de la conférence de Berlin de 1885 s’étendent sur 2.345.410 km2 soit une superficie correspondant, actuellement, au 12ème plus grand pays du monde. Ou à 80 fois la Belgique.

3 fois

Léopold II est, relativement, déçu par la Conférence de Berlin: il rêvait d’un territoire 3 fois plus grand que celui qu’il a obtenu. S’il était parvenu à ses fins, le Congo aurait atteint plus de 7 millions de km2 soit presque la taille de l’Australie.

15 à 20

Même si l’explorateur Stanley estima la population de ce qui allait être le Congo belge à 28 millions d’habitants, il semble selon, plusieurs sources concordantes, qu’en 1885 la population congolaise s’élevait à un chiffre compris entre 15 et 20 millions.  

1908

Lorsqu’en 1908, Léopold II dut céder «  sa  » colonie à la Belgique, le nombre de ses habitants avait sensiblement diminué. Ils étaient à peu près 10 millions.

1960

A l’indépendance, environ 15 millions d’habitants, dont 115 000 Européens, peuplaient le territoire congolais. Actuellement les Congolais sont plus de 85 millions.

La première ?

Même si, d’évidence, la colonisation belge du Congo a été un vecteur d’exactions et de mauvais traitements envers la population locale – « Apocalypse Now », le chef d’œuvre de Coppola est une adaptation des atrocités commises au Congo dont a été témoin, vers 1890, l’écrivain Joseph Conrad – il faut « nuancer » le propos. À la veille de l’Indépendance, le Congo belge était l’une des premières – si ce n’est la première – puissances économiques d’Afrique… Cette réalité n’est pas attestée par des ex colons nostalgiques mais par le « Monde Diplomatique », un organe de presse peu suspect de sympathies néocolonialistes. Une « nuance » qui ne rachètera ni les « mains coupées », ni la « chicotte », ce fouet utilisé – et autorisé jusqu’à la veille de l’Indépendance – par les colons envers les populations locales.

Pour en savoir plus, lisez notre article « Congo: L’Indépendance en questions ». Rendez-vous en librairie à partir de ce mercredi ou dès maintenant sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité