Michou est mort à 88 ans

Il disait que mourir cela le faisait rire. Que Saint-Pierre mette le champagne au frais: Michou débarque.

belgaimage-160726999-full

Légende du Tout Paris qui brille et qui scintille, l’homme buvait deux bouteilles de champagne par jour. Une consommation qui avait fait de sa vie l’une des plus pétillantes de la scène nocturne, mais préoccupait son amie Bernadette Chirac. À son image – petit par la taille mais grand par la réputation – son cabaret est un phare dans la nuit où l’on venait, au début des années 60, s’encanailler devant un spectacle de travestis. Le lieu a nourri une nuée de transformistes qui s’amusaient à imiter les vedettes de la chanson, appuyant là où ça faisait rire et amusant la galerie.

Originaire d’Amiens, né le 18 juin 1931, Michel Catty débarque à Paris à 17 ans et se glisse dans les folles fêtes vaguement clandestines de la capitale. Venu du bas, il finira tout en haut, patron d’un établissement qu’il ouvre en 1956, passage obligée des stars, des hommes politiques et des noceurs. Au fil des ans, Michou, prince de la joie, est devenu un personnage qui inspirait la sympathie, résultat d’un look à base de bleu (costume, cravate, lunettes), d’un style homo vintage prônant la dérision et les belles coupes de cheveux, mais surtout d’un véritable dévouement pour les personnes âgées qu’il invitait une fois par mois dans son cabaret.

Inscrit à jamais sur la carte des lieux mythiques du Paris de nuit, le cabaret de Michou n’a pas les ambitions du Lido, du Moulin Rouge ou du Crazy Horse, mais reste l’un des endroits les plus chargés d’affection dans un Montmarte où les pavés racontent tout un chapitre de  l’histoire de la Ville lumière. Malade depuis plusieurs mois, Michou avait prévenu : il a tout prévu de ses funérailles qui, en phase avec son métier de vendeur de bonheur, ne devraient pas être tristes…

Sur le même sujet
Plus d'actualité