«Vivaldi», «Arc-en-ciel», «Suédoise»… : que cache ce jargon politico-journalistique ?

Les informateurs présentent leur rapport d'informateurs au roi ce lundi à 15h. Avec une proposition de gouvernement sous le bras ?

belgaimage-159613667-full_1

Ce lundi matin sur les ondes de La Première, le journaliste de la RTBF Alain Gerlache résumait bien la situation politique : « En Belgique, on n’est pas capable de former un gouvernement, mais on est très fort pour leur donner un nom. » Et le petit dernier est probablement mort-né, puisque le CD&V a finalement fait savoir qu’il maintenait sa préférence pour un gouvernement impliquant la N-VA, alors qu’on semblait se diriger vers une équipe « quatre couleurs » (rouge, bleu, vert, orange) ou « quatre saisons », d’où la référence au célèbre compositeur – et non pizzaïolo – italien Antonio Vivaldi.

Cette après-midi, le roi va probablement prolonger la mission des informateurs Georges-Louis Bouchez (MR) et Joachim Coens (CD&V) – à ne pas confondre avec Koen Geens. Ces deux-là vont encore pouvoir se creuser la tête pour trouver une nouvelle formule pour mener – Inch’Allah – à la nomination d’un formateur pour enfin former un gouvernement fédéral. Ou, les deux compères peuvent regarder un peu dans le rétro pour s’inspirer de ce qui a déjà été fait au cours de la courte mais intense histoire belge. Les exemples de gouvernements passés sont nombreux et ne manquent pas d’originalité…

Alors, quoi de beau au menu ? Voici les suggestions des jours.

Les classiques :

La « tripartite traditionnelle » : cette coalition désigne l’association des grandes familles politiques : libérales, socialistes et chrétiennes/démocrates.

La Violette : elle désigne l’union des partis socialistes (PS ou sp-a – rouge) et des libéraux (MR ou Open-vld – bleu).

La Rouge-romaine : elle regroupe les partis socialistes (PS ou sp-a – rouge) et chrétiens/humanistes (cdH ou CD&V, orange).

La Turquoise : elle rassemble les partis libéraux (MR ou Open-vlc, bleu) et écologistes (Ecolo ou Groen, vert).

Les « fruités » ou « florales »

L’Olivier : également appelée coalition progressiste (centre-gauche), elle regroupe les partis socialistes (PS ou sp-a), chrétiens/humanistes (cdH ou CD&V) et écologistes (Ecolo ou Groen).

L’Orange-bleue (ou bleue-romaine) : regroupe les partis libéraux (MR ou Open-vld – bleu) et les chrétiens/humanistes (cdH ou CD&V, orange).

L’Orange sanguine : même chose que la précédente, mais on y ajoute les partis socialistes (PS ou sp-a, rouge). Certains l’ont également baptisé « coalition lilas ».

La Coquelicot : issue d’une note de Jean-Marc Nollet, elle n’a jamais vu le jour. Le co-président d’Ecolo proposait un projet de coalition minoritaire entre son parti et les socialistes francophones associés à des acteurs de la « société civile ». La formule désignes les couleurs rouge et verte des deux formations ainsi que de l’impératif écologique, au cœur de la campagne électorale 2019.

Les « exotiques »

La Suédoise : Le compte n’y est pas. Les partis au pouvoir sous Michel 1er – MR et Open-vld (bleu) avec la N-VA et le CD&V (jaune et orange) ne dispose plus de suffisamment de sièges pour former une majorité suffisante. Une situation qui rassure les partis d’opposition qui avaient rebaptisé cette coalition « kamikaze » du fait qu’un seul parti francophone – le MR – était monté au gouvernement.

La Jamaïcaine : jamais instituée au niveau fédéral ou fédéral (mais bien communal), elle regroupe les partis libéraux (MR ou Open-vld), chrétiens/humanistes (cdH ou CD&V) et écologistes (Ecolo ou Groen). Son nom ne fait pas référence aux couleurs des partis belges, mais à celles des partis… allemands correspondants.

La Portugaise : en Belgique francophone, elle évoque l’association du PS et d’Ecolo avec le PTB. Son nom fait référence à la coalition gouvernementale au Portugal (social-démocrate, gauche raciale et écologiste) et les couleurs des partis correspondent au drapeau portugais.

Les autres…

L’Arc-en-ciel : régulièrement évoquée depuis les élections et plébiscitée par Paul Magnette dans son rapport d’informateur au roi, cette formule regrouperait l’Open-vld et le MR (le bleu), le PS et le sp-a (le rouge), et les parti écologistes Groen et Ecolo (le vert). Les gouvernements wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles se sont parés des couleurs de l’arc-en-ciel en 2019.

La Bourguignonne : l’association des nationalistes flamands (N-VA) aux socialistes (sp.a) et aux libéraux (Open-vld) pour former une majorité à Anvers. Son nom fait référence aux armoiries de l’ancien duché de Bourgogne dont les couleurs étaient le jaune, le bleu et le rouge.

Sur le même sujet
Plus d'actualité