Soldes: prix cassés, commerçants coincés

Les soldes commencent ce vendredi. Jusqu'au 31 janvier, des centaines de magasins braderont leurs produits. De leur côté, les petits commerçants espèrent aussi se faire des bénéfices, sans vendre à perte. 

blur-1850082_1920

Avec la concurrence de l’e-commerce, de nombreux commerçants voyaient les soldes arriver avec une certaine appréhension. Malgré les bonnes ventes des fêtes de fin d’année et les derniers petits achats “impulsifs”, ils ont perdu une part de leur chiffre d’affaires avec la succession des “jours à thème” comme le Black Friday, le Singles Days, le Mid Season Sale… qui les ont obligés à faire des réductions importantes. En outre, face à cette lutte des prix, de plus en plus de commerçants de détail participent aussi en décembre, à l’instar des chaînes, aux ventes conjointes ou aux ventes privées. “L’offre conjointe est la plus populaire. 38 % des commerçants de mode y participent, contre 21% qui participent aux ventes privées”, explique Christine Mattheeuws, présidente du SNI (Syndicat neutre pour indépendants). “Les commerçants utilisent ces outils de réduction pour compenser au minimum leur perte de chiffre d’affaires d’automne.” Mais voilà, là aussi, le prix plein passe à la trappe.

L’année dernière, les premiers jours des soldes ont connu une forte affluence. “Pour la plupart en congé, ils ont bien profité de ce premier week-end de soldes ancré dans les vacances de Noël”, toujours selon le SNI. Du côté de Comeos, la fédération belge du commerce et des services, Kathy Bergen, Sector Manager Fashion, souligne qu’à la suite de la météo clémente, “les magasins ont donc débuté les soldes avec des démarques importantes: -30 %, -50 % et même -70 %. Les articles les plus prisés sont les chaussures, les manteaux, les fausses fourrures et les imprimés animaliers”.

Cette agressivité dans les prix des commerçants de terrain est devenue indispensable aussi pour lutter contre les propositions massives du web. Certains commerçants ou chaînes n’hésitent pas d’ailleurs, en plus des prix bas, à faire des relances à leurs clients par SMS ou e-mail. Ils doivent en effet lutter contre une lame de fond en croissance constante: en 2017, 67 % des utilisateurs d’Internet entre 16 et 74 ans en Belgique ont commandé des biens sur Internet, selon une enquête du SPF Économie, dont 57 % pour l’habillement et les articles de sport. Sur les sites d’e-commerce, chez nous, plus de 10 milliards d’euros ont été dépensés. Face à cette vague inarrêtable, le commerçant se doit d’apporter sa différence au travers notamment de la chaleur de l’accueil et la relation à long terme avec sa clientèle. Les communes aussi peuvent les aider en rendant les rues plus agréables et en prolongeant un peu la présence des décorations des Noël pour que cet air de fêtes incite à déambuler en rue plutôt qu’en ligne. Le cœur des villes, l’emploi, au moins au mois de janvier, et la convivialité en seront les premiers gagnants

Des garanties non soldées

Même du 1er au 31 janvier, des règles protègent toujours le consommateur. À titre d’exemple, la garantie légale reste d’application et vous pouvez contester un défaut, même en période de soldes… Sauf si le vendeur vous en a informé. Pour les achats en ligne, les 14 jours du droit de rétractation restent d’application pendant la période des soldes. Enfin, a priori, les échanges sont impossibles. Toutefois, vu la concurrence notamment des achats virtuels, de plus en plus de commerçants proposent la possibilité d’échanger ou de rembourser un achat pendant les soldes. Renseignez-vous. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité