Elles vont marquer 2020

Entrepreneuse, sportive, actrice, avocate ou femme politique. Elles feront partie de l’Histoire cette année, d’une façon ou d’une autre, et à leur échelle.

© Belga Image

Simone Biles

À 22 ans, du haut de son 1m42, Simone Biles est la gymnaste la plus médaillée de l’Histoire. Sportive de tous les records, Biles est entrée dans la légende aux Mondiaux de Stuttgart en octobre dernier où elle enchaîne à une vitesse hallucinante deux saltos arrière et trois vrilles, soit un mouvement jamais encore réalisé au sol par une femme en compétition officielle. La figure porte désormais son nom : « The Biles ». Une autre de ses prouesses, le « double-double » (double salto, double vrille), a ensuite été baptisé « The Biles II ». En tout, l’Américaine a remporté vingt-cinq médailles mondiales dont dix-neuf en or. Autant dire que sa présence aux Jeux Olympiques de Tokyo l’été prochain est très attendue…

Ursula Von der Leyen

© Belga Image

Bien décidée à faire de l’Europe le premier continent neutre sur le plan climatique, la nouvelle présidente de la Commission européenne est porteuse du Green Deal, le nouveau plan de route de l’UE pour atteindre la neutralité carbone en 2050. « Nous devons rendre plus à la planète que ce que nous lui prenons. Le concept même d’économie circulaire devrait être une marque européenne. Il est essentiel que l’Europe définisse les standards et les procédures de demain. Sinon, d’autres, comme la Chine, le feront. Pékin commence à introduire un mécanisme de quotas carbone. Nous devons faire la course en tête », a-t-elle livré aux Échos. Son ambition marquera certainement l’année à venir.

Donna Rotunno

© Belga Image

C’est elle qu’Harvey Weinstein a choisi pour sa défense lors d’un des procès les plus attendus de la décennie. Surnommée « le bouledogue des salles d’audience » depuis qu’un de ses clients a employé ce terme pour la décrire, Donna Rotunno est une spécialiste des affaires sexuelles. À 42 ans, elle n’a perdu qu’un seul de ses 40 procès. Si ces statistiques prometteuses ont certainement motivé le producteur américain à la sélectionner, le choix d’une femme n’est pas non plus anodin : « Contrairement à un avocat masculin, je peux mener un contre-interrogatoire serré avec une femme sans passer pour un tyran« , a-t-elle confié à Madame Figaro. Répondant aux critiques par un implacable « tout le monde a le droit d’être défendu », l’avocate reproche au mouvement #metoo d’avoir transformé la place publique en tribunal. À quelques jours à peine de l’audience de Weinstein (le 6 janvier), Donna Rotunno s’apprête probablement à plaider l’affaire la plus importante de sa carrière.

Sandra Rey

Elle masque les étoiles et tue les oiseaux: la pollution lumineuse est un réel phénomène. 83% de la population mondiale est concernée et ne connaîtrait pas la nuit noire. Pour lutter contre, l’entrepreneuse Sandra Rey a fondé une entreprise de biotechnologie environnementale, Glowee, dont le principe est d’exploiter la bioluminescence animale (produite par ces mystérieux poissons lumineux des fonds marins) pour repenser l’éclairage et l’environnement urbain. « L’objectif, c’est d’intégrer la bioluminescence dans la ville, comme une solution alternative, pour de la mise en valeur, pour des souterrains, là où il y a les plus grosses consommations et le plus gros impact en terme de pollution visuelle et lumineuse », a-t-elle expliqué à France Inter. La jeune femme a signé un contrat avec la ville de Rambouillet qui investira 100.000 euros dans le déploiement de cette technologie futuriste sur une place. Jusqu’à équiper la France entière ?

Elizabeth Warren

© Belga Image

La démocrate est candidate à la présidence américaine depuis le 9 février dernier. Sa promesse ? « Apporter un grand changement structurel », qui transférerait le pouvoir des grandes entreprises aux travailleurs. Au sein du groupe démocrate, elle est connue pour plusieurs projets politiques tels quel la création d’un impôt sur la fortune, l’annulation de la dette étudiante et le démantèlement des GAFA. Pour se démarquer de ses adversaires, Warren a fait prêter serment à ses riches donateurs et dédie une bonne partie de son temps à répondre aux demandes de photo des électeurs. D’ici les élections américaines, le 3 novembre prochain, celle qui veut la peau de Donald Trump fera certainement encore parler d’elle.

Virginie Efira

© Pathé Films

L’actrice sera cette année à l’affiche de Benedetta, le nouveau film de Paul Verhoeven. Elle y incarne  Benedetta Carlini, une nonne italienne emprisonnée pendant près de 40 ans par l’Église du 17e siècle pour son homosexualité. « Je n’ai aucun doute sur le fait que le film, tiré d’une histoire vraie, aura un impact conséquent. Il traite d’un tabou ultime dans l’Église. Du procès fait à une femme à cause de son homosexualité. Paul Verhoeven l’a écrit pour moi. Au début je n’y ai pas cru. En lisant le scénario, je m’arrêtais toutes les trois pages, je n’en revenais pas. J’ai tourné plus de douze semaines. Je n’ai jamais joué de partition aussi spéciale, je ne m’étais jamais vue ainsi ». Pour certains experts, Benedetta sera l’un des films les plus importants de sa carrière. En plus de ce long-métrage très attendu, Efira sera également à l’affiche de deux autres films cette année : Police d’Anne Fontaine (et avec Omar Sy) et Adieu les cons d’Albert Dupontel.

Sur le même sujet
Plus d'actualité