Petit tour du monde des traditions farfelues du Nouvel An

De la Nouvelle-Zélance au Canada, en passant par le Japon et l'Afrique du Sud, comment fête-t-on le réveillon ailleurs que chez nous?

hermes-rivera-uihcaulybps-unsplash

Nouvelle-Zélande : les premiers coups de casseroles

À l’autre bout du globe, les Néo-Zélandais sont toujours les premiers à ouvrir les festivités liées au passage vers la nouvelle année. Les Kiwis, comme on les surnomme – du nom de l’emblématique oiseau qui ne vole pas – voudront rapidement oublier une année 2019 traumatisante, marquée par la tuerie de Christchurch (51 morts) et l’éruption du volcan de White Island (19 morts). Aux douze coups de minuit, une vieille tradition les invite à sortir leurs casseroles – littéralement – de leurs armoires et à descendre dans la rue pour les frapper le plus bruyamment possible Une manière d’exprimer leur joie et leur espoir en la nouvelle-année, qu’on leur souhaite déjà très bonne. Là-bas, c’est déjà 2020!

Japon : Marie Kondo power

Dans l’archipel nippon, durant les derniers jours de décembre, il est de coutume de nettoyer sa maison de fond en comble au cours d’un rite de purification appelé ôsôji (c’est peut-être de là que Marie Kondo a tiré son inspiration). Les Japonais déposent ensuite devant leur porte un kadomatsu (sorte de couronne décorative composée de bambou et de pin) pour accueillir les dieux et y accrochent également un shimenawa afin de repousser les démons à l’extérieur. Le jour J, tout le monde se rend au temple pour assister à la frappe des 108 coups de gong annonçant le passage à la nouvelle année. Rituel qui, d’après la légende, purifie les âmes… Pas celle de Carlos Ghosn, ex-patron français de l’alliance Renault-Nissan qui a fui hier le pays pour le Liban afin d’échapper à la justice.

Afrique du Sud : deux fêtes pour le prix d’une

S’ils célèbrent la nouvelle année comme tout le monde ce 31 décembre, les Sud-Africains célèbrent surtout l’an neuf le 2 janvier. Une date retenue en souvenir des esclaves noirs qui ne pouvaient pas participer aux festivités réservées aux blancs. L’événement s’appelle le « Coon Carnaval », au cours duquel les fêtards se maquillent et se déguisent pour parader dans la rue toute la journée et jusqu’au bout de la nuit.

Canada : des travestis et des orteils

Dans la Belle Province, la tradition veut que les hommes s’habillent en femmes et les femmes en hommes le soir du réveillon et trinquent ensemble avec un verre de rhum de Terre Neuve. Si vous allez un peu plus à l’ouest au Canada, dans le Yukon, vous pourrez essayer un Sour Toe Cocktail… si vous en avez le courage! Il s’agit littéralement d’un « cocktail amer à l’orteil » comme son nom l’indique. Un verre de spiritueux dans lequel flotte un véritable gros orteil humain momifié. Non ce n’est pas une blague, et l’histoire à l’origine de cette boisson pas comme les autres vaut également le détour.

Amérique du Sud : poupées et épouvantails en flammes

En Équateur, des poupées à taille humaine (souvent confectionnées à l’effigie de personnalités politiques nationales ou internationales) faites de papier ou de carton sont brûlées pour symboliser la fin de l’année. Une manière pour les les Équatoriens de laisser derrière eux tout ce qui a été négatif pour démarrer la nouvelle année du bon pied. La tradition existe également au Pérou, où chaque famille fabrique un épouvantail habillé avec de vieux vêtements. À minuit, les Péruviens l’enflamment avant de s’élancer dans les rues pour y jeter des pétards en portant un vêtement dont la couleur symbolise ce qu’ils souhaitent pour l’année à venir : le rouge pour l’amour, le jaune pour l’argent, etc.

Europe : plomb, vaisselle, whisky et pépins

Plus près de chez nous, nos voisins européens ne manquent pas non plus de traditions insolites pour le Nouvel An. Dans le genre archaïque, le Bleigiessen allemand consiste à verser du plomb fondu dans un saladier d’eau froide pour y distinguer les formes obtenues et prédire les événements heureux ou malheureux de l’année qui commence. Au Danemark, toute la vaisselle abîmée pendant l’année est cassée avec joie par toute la famille qui la jette au sol dans la maison et le jardin. Bonjour le ménage le lendemain du réveillon…

En Ecosse, la coutume du « first footing » est très répandue. Le principe est d’être le premier à passer le seuil de la maison d’un ami ou d’un voisin pour lui offrir du whisky et des shortbreads (biscuits sablés) afin de leur souhaiter le meilleur pour cette nouvelle année. En Espagne, plutôt que de des shots d’alcool, il est de coutume de gober douze grains de raison au rythme des douze coups de minuit pour s’apporter chance et prospérité au cours de la nouvelle année. Cette coutume ancestrale remonte au début du XXe siècle où des producteurs de raisins réussirent à écouler un excédent de production en inventant cette tradition… Vous prendez bien un peu de sangria pour faire passer tout ça (l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération)?

© Amanda Vick - Unsplash

Sur le même sujet
Plus d'actualité