Vous aussi vous détestez les fêtes de fin d’année?

Déjà fin octobre, les premières décorations pointaient le bout de leur nez. Maintenant, nous en sommes en plein dedans. Vous non plus vous ne portez pas les fêtes de fin d'année dans votre cœur ? Bienvenue.

©Grinch

Dans une poignée de jours, il sera temps de dresser une somptueuse table, de sortir votre plus belle vaisselle et votre nappe des grands jours. Emballer les cadeaux de dernière minute, trouver une tenue pour briller de mille feux et vérifier que les 124 éléments sur votre to-do list ont bien été faits. Sauf que non. Vous, vous n’aimez ni le réveillon, ni les fêtes de fin d’années. Vous faites partie de cette catégorie de personnes nommées les « natalophobes », les angoissés de Noël et du nouvel an. Pour une raison qui vous est propre, vous n’aimez pas ce moment de l’année. Soit parce qu’il vous déprime, soit parce qu’il vous épuise. Ce qui est certain, c’est que vous ne vous sentez pas en droit de le dire à vos proches qui, eux, attendent le mois de décembre depuis le premier janvier. Peu importe la source de cette haine, vous n’êtes ni compris ni soutenu. À part par les autres Grinch évidemmment. Mais vous savez quoi ? Vous pouvez les détester ces fêtes. S’il vous faut des excuses/arguments, en voici quelques uns. C’est cadeau (de Noël).

Je hais Noël parce que c’est trop de pression

Chaque année c’est le même scénario : trouver des idées cadeaux à offrir à une bonne dizaine de personnes. Dont, forcément, une grande tante que vous ne voyez qu’à cette occasion. En plus de dénicher de chouettes choses qui sauront réellement faire plaisir, il faut affronter les hordes d’autres humains qui arpentent les magasins avec le même désarroi que le vôtre. Aussi, rien ne vous assure que tous ces cadeaux seront appréciés. Vous pensez être sauvés, mais non. Il restera encore ce moment délicat où la personne que vous avez pioché à la cacahuète familial ouvre son cadeau et feint la satisfaction face à votre mug cactus.

Je hais Noël parce que c’est too much

Entre les maisons toujours plus décorées (si vous avez déjà fait un tour dans le Brabant flamand vous savez de quoi on parle), les pulls affreux et les chansons qui tournent en boucle, impossible de ne pas trouver cette période kitsch à mourir. Même les fans de fêtes de fin d’année seront d’accord pour le dire : parfois, ça va trop loin.

Je hais Noël parce que ça ne s’est jamais bien passé

Certes, les fêtes sont censées être le moment idéal pour se retrouver en famille et décompresser après une année plus ou moins compliquée. On boit, on mange, on s’offre des cadeaux, on rigole. Mais ça, c’est que la théorie. En pratique, les rassemblements familiaux ne se déroulent pas toujours dans la joie et la bonne humeur et certaines tribus sont même les spécialistes pour transformer la magie de Noël en enfer sur Terre. Reste aussi les familles qui n’ont pas les moyens de mettre les petits plats dans les grands, celles qui sont séparées ou encore qui ne fêtent simplement pas Noël.

Je hais Noël parce que ça me déprime (et me déçoit)

Attention, il ne faut pas confondre déprime hivernale et déprime de Noël. La première est liée au soleil qui se couche de plus en plus tôt et au froid polaire tandis que l’autre n’est due qu’au simple fait de voir le 24 décembre approcher à grands pas. Le psychologue Samuel Dock expliquait au quotidien français Madame Figaro que cette période était souvent fantasmée et donc décevante. « On imagine uniquement le grandiose et le féérique. La réalité vient décevoir cette vision parce que rien n’est parfait« , explique-t-il. « Il est normal que nos fêtes de fin d’année ne ressemblent pas aux publicités ou aux films. Ce sont des mises en scène et cette perfection est inatteignable« , poursuit-il.

Quoi qu’il en soit, vous avez le droit de détester les fêtes de fin d’année et tout ce qui les entoure. Certes, il est compliqué d’obtenir le soutien de ses proches dans de tels moments. D’autant plus quand ils sont excités comme des puces dès que les premières notes de l’insupportable All I want for Christmas is you retentissent. Heureusement, cette période de l’année ne dure qu’un bon mois. Courage, encore deux semaines à tenir. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité