Albert II sera-t-il bientôt le père de Delphine Boël ?

Le roi a vu son pourvoi rejeté par la Cour de cassation. La procédure de reconnaissance de paternité peut commencer pour Delphine Boël.

©Belga

Une fois le verdict rendu et Delphine Boël debout, le tribunal feutré n’était plus que flashs et accolades. La Cour de Cassation venait de rejeter le pourvoi d’Albert II contre deux arrêts de la cour d’appel de Bruxelles, suivant ainsi l’avis de l’avocat général. Une décision, deux conséquences. Le rejet du pourvoi implique que Jacques Boël n’est définitivement plus le père de Delphine Boël, mais également que la procédure de recherche en paternité peut débuter. La fin d’un chapitre important de cette saga qui dure depuis maintenant vingt ans.

Petit rappel bien utile mais pas trop exhaustif

En 1999, un jeune journaliste flamand, Mario Daneels, rédige la biographie de la reine Paola. Il y explique que le roi Albert aurait eu une aventure avec Sybille de Sélys Longchamps dans les années 60 alors que son couple était en crise. Le pays commence à se passionner pour cette affaire.

Albert nie de tout son être, et s’apprête à user de tous les recours juridiques pour éviter la reconnaissance de Delphine. Mais en 2013, elle se lance dans une double procédure judicaire. En même temps qu’elle conteste la paternité de Jacques Boël, époux de sa mère Sybille de Sélys Longchamps, elle entame une procédure de reconnaissance du roi Albert II. Jacques Boël accepte de s’astreindre à un test ADN et confirme ainsi qu’il n’est pas le père biologique de Delphine.

Mais le jugement de première instance, prononcé fin mars 2017, lui est négatif, le tribunal jugeant que Jacques Boël est bien son père en raison de la « possession d’Etat ». Un concept qui veut, comme le précise Le Soir, que Jacques peut être considéré comme son père puisqu’il s’est comporté comme tel avec Delphine durant des années. Mais nouveau rebondissement en novembre 2018 quand la Cour d’appel de Bruxelles décrète que, finalement, Jacques n’est finalement plus le père de Delphine et qu’Albert doit se soumettre à une analyse génétique.

Vous suivez ? On y est presque.

Le roi interjette évidemment un pourvoi en cassation, presqu’en désespoir de cause, pour faire annuler cette procédure de recherche de paternité, ou en tout cas la retarder. C’est ce pourvoi qui a été cassé ce vendredi par la Cour de Cassation.

Le dénouement de cette drôle d’histoire se rapproche pour les quelques Belges qui suivent encore l’affaire et qui ont déduit la filiation il y a bien longtemps, le roi pouvant tout nier sauf la ressemblance physique. La définition même d’un secret de polichinelle. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité