« Les jeunes sont les premières cibles des publicités pour le tabac »

La publicité pour le tabac n'est pas encore totalement interdite. Une nouvelle loi devrait apparaître pour faire disparaître la dérogation qui existe actuellement pour certains lieux de vente.

©Unsplash

La Belgique a fêté cette année les vingt ans de la loi interdisant la publicité des produits tabagiques dans l’espace public. Une loi qui avait fait couler beaucoup d’encre à l’époque et avait même eu la peau du Grand Prix de Francorchamps en 2003. Mais une exception s’y était glissée : les lieux de vente pouvaient encore disposer des affiches pour des marques de tabac à l’intérieur du magasin ou sur la devanture. Une dérogation qui concerne pour la plupart de petits commerces comme les marchands de journaux ou les librairies.

L’enjeu des discussions qui ont actuellement cours au sein de la Commission Santé de la Chambre et initiées par la cheffe de groupe CDH Catherine Fonck, c’est l’interdiction pure et simple de la publicité pour le tabac, et donc la fin de cette dérogation. « On souhaite effectivement la fin de cette dérogation, signale Suzanne Gabriels, experte Prévention tabac à la Fondation contre le cancer. D’abord parce que le paquet neutre va débarquer le 1er janvier et que ce serait absurde de voir de la pub sur le présentoir alors qu’il n’y en aurait aucune trace sur le paquet. Ensuite, on constate que les endroits qui vendent des cigarettes et qui peuvent en faire de la pub, comme les librairies ou les nightshops, se trouvent souvent près des écoles. Les jeunes y achètent leurs paquets et sont influencés par la pub. »

Eviter les rechutes

L’experte Prévention tabac insiste fortement sur l’importance qu’aurait cette nouvelle loi sur les jeunes. « Ce sont les premières cibles. Que la publicité soit permise ou non n’aura pas vraiment d’impact sur quelqu’un qui fume depuis longtemps, mais il sera énorme sur un jeune qui découvre la cigarette, on achète le premier paquet par tentation. Mais il faut également aider ceux qui tentent d’arrêter. Pour qu’ils évitent de rechuter, l’interdiction d’affichage est essentielle. »

La mesure prise en 99 est-elle un succès ? « On peut dire que la loi a fonctionné, mais on constate qu’il faut aller encore plus loin. Cette fameuse dérogation est une aberration importante. La Belgique ne peut donc pas être considérée comme un bon élève. Le Royaume-Uni a par exemple déjà voté l’interdiction complète. »

Malgré tout, d’autres types de publicités naissent aujourd’hui sur les réseaux sociaux et il devient compliqué de les contrôler. « Aux USA par exemple, on sait que des influenceurs sont payés pour faire la promotion de groupes de tabac ou de l’e-cigarette. Qui contrôle ce genre de choses ? »

Sur le même sujet
Plus d'actualité