Benoît Poelvoorde au secours des librairies indépendantes

L’acteur s’est associé aux Syndicat des libraires francophones belges pour une campagne à l’approche des fêtes de fin d’année. Son message : arrêtez d’acheter vos livres en ligne et poussez la porte d’une librairie.

belgaimage-135892046

 « Une librairie indépendante, c’est comme une boite de nuit. On ne sait jamais qui on va rencontrer… et avec qui on va rentrer. » Benoît Peolvoorde a une maîtrise très personnelle de l’art de la métaphore. On pourra discuter du parallélisme entre une librairie et une discothèque, mais le message atteint son but : capter l’attention du public. Et le Syndicat des libraires francophones belges (SLFB) ne s’est pas trompé en s’associant avec l’acteur, par ailleurs à l’initiative de la création de l’Intime festival à Namur –dont Moustique est partenaire-, pour sa nouvelle campagne de communication diffusée depuis ce 9 décembre.

Le message est limpide : « Achetons nos livres dans les librairies indépendantes », plutôt que de les commander en ligne sur Amazon and co. Mais au lieu de faire un procès aux géants de la vente par correspondance -on a suffisamment parlé des conditions de travail démentielles des ouvriers-, l’association se justifie par cinq arguments plus « romantiques » et fait appel à nos sentiments : « Parce que chaque livre a sa chance. Parce que chaque libraire est un artisan. Parce que la librairie est un commerce raisonné. Parce que les libraires indépendants sont un réseau solidaire. Parce que chaque librairie est un lieu de rencontre. »

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Quand c’est Benoît Poelvoorde qui le dit!

Une publication partagée par Les librairies indépendantes (@leslibrairiesindependantes.be) le

Changer les moeurs

Veillant aux intérêt de la profession et à la diffusion du livre, le SLFB compte aujourd’hui un peu plus de 60 membres parmi librairies indépendantes. Sa nouvelle campagne de communication touche tous les supports : réseaux sociaux, mais aussi des affiches, des cartes postales, des cadeaux clients etc. La proximité des fêtes de fin d’année ne semble guère planer le doute : l’association veut pousser les clients dans les enseignes qualifiées plutôt que scroller l’écran de leur ordinateur avec leur souris. « On a sorti la campagne maintenant parce que les fêtes arrivent, c’est le moment où les gens vont en librairie et il faut les conscientiser. Mais elle est amenée à exister sur la durée. Tout au long de l’année 2020, on fera des piqures de rappel pour des événements phares au niveau du livre et de la librairie. Les librairies ont besoin de leurs lecteurs et de leurs clients toute l’année et notre rôle est de les inciter à venir plus souvent, et pas à un seul moment défini dans l’année« , explique Gaëlle Charon, en charge de la campagne.

Selon le Syndicat, il est difficile de fournir des chiffres précis au niveau de l’impact des sites de vente par correspondance sur les librairies en Fédération Wallonie-Bruxelles. La part de marché est pourtant existante nous assure-t-on. « Chaque libraire la sent. Concrètement, si un client vient jusqu’en librairie mais que le livre n’est pas en stock, la première réaction est de dire « Laissez tomber, je vais le commander en ligne ». C’est passé dans les habitudes, les libraires l’entendent au quotidien alors qu’il peut très bien obtenir un livre en 48h dans sa libraire. Les gens n’ont pas nécessairement besoin de leur livre sous 24h… On essaye de combattre cette façon de penser. » 

>> Lire aussi : Comment Amazon condamne l’avenir du livre

Il y a également souvent des réflexions au niveau des prix. Après avoir regardé le prix du bouqin sur Amazon, par exemple, les clients s’étonnent que ça soit plus cher en librairie. Ils ignorent souvent que ce prix est non-tabelisé puisqu’Amazon se fournit auprès des distributeurs en France. « Il y encore beaucoup d’ouvrages tabellisés, une taxe qui date des Francs belges et français et qui servait à couvrir les différences de taux et qui est resté avec l’Euro. C’est pour ça que le décret sur le prix unique du livre qui est passé à Bruxelles en avril dernier est très important pour nous. » La disparition totale de la tabelle sera effective avant le 31 décembre 2020.

Sur le même sujet
Plus d'actualité