Des vacances en Arabie Saoudite? C’est désormais possible, on vous y emmène

C'est historique. Le royaume wahhabite ouvre ses portes aux touristes. Guide pratique.

rabah-al-shammary-7vopzrf33zo-unsplash

C’est l’une des stratégies du plan «Vision 2030» initié par le prince héritier Mohammed ben Salmane Al Saoud (« MBS »). Pour parer au déclin des énergies fossiles et à sa rente pétrolière historique, l’Arabie Saoudite ouvre ses portes aux non musulmans. Petit guide pratique.

Quelles formalités avant de partir?
Inutile de se rendre à l’ambassade. Via le site, on peut faire sa demande de visa en ligne et en un temps record. Cela coûte 115 dollars et inclut une assurance voyage. Concernant les vols, il n’existe pas de liaison directe depuis la Belgique mais un billet low cost depuis Amsterdam se négocie pour moins de 300 euros.  

Quand s’y rendre?
La meilleure période pour découvrir le pays du Golfe s’étend de décembre à février. En dehors de ces mois d’hiver, le climat désertique et sa chaleur intense peut très vite se révéler difficilement supportable.

Pour visiter quoi?
Malheureusement, la nécropole nabatéenne de Madâin Sâleh, LA perle de l’Arabie Saoudite, est fermée pour rénovation. On se rabattra donc sur la Vallée d’Al-Ula et sa plaine de grès rouge, déchiquetée par l’érosion et transpercée par des pics de basalte noir. À couper le souffle. À noter que certains sites périphériques comme Elephant Rock restent accessibles. Et nous n’y avons croisé aucun touriste.

© Belga Image
La Vallée d’Al-Ula © Belga Image

À Riyad, la capitale, on ne ratera pas le palais Murabba, l’ancienne demeure du roi Abdul Aziz, et ses jardin luxuriants. Au nord-ouest de la ville, on fera une incursion à Dariya, ancienne cité du désert façonnée sur l’oasis qui s’écoulait sur les rives du Wadi Hanifa. Son architecture traditionnelle en briques de terre crue et son quartier d’Al Turaif, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, valent sans aucun doute le détour.

Dans l’est de la péninsule arabique, difficile de manquer Al-Hassa, la plus grande oasis au monde. Perdu dans le désert du Rub’ Al Khali, ce spot abrite des jardins, canaux, sources, puits, lac de drainage,… Sans oublier ses bâtiments historiques et ses sites archéologiques. Un autre must.

Si les villes saintes de La Mecque et Médine restent interdites aux non musulmans, l’ouest du pays renferme d’autres spots intéressants. Comme la station balnéaire de Djedda, la ville la plus vieille et la plus animée d’Arabie saoudite. Avec son quartier historique d’Al Balad, ses souks animés, ses plages de sable blanc et ses sites de plongée spectaculaires de la mer Rouge. Envie de davantage de fraîcheur? Rendez-vous alors à Taif, dans le sud-ouest du pays, où la combinaison de brises de montagne et de verdure dense lui vaut le titre officieux de capitale de l’été saoudien. Et pourquoi ne pas continuer l’incursion vers le cratère d’Al Wahbah, son fond recouvert de cristaux blancs et ses balades hors du temps à travers les champs de lave?  

Avec quel budget?
Les infrastructures touristiques ne sont pas légion en Arabie Saoudite et la plupart des hôtels sont surfacturés. Comptez minimum 100 dollars la nuit. À noter qu’il est néanmoins possible de louer des appartements à la semaine dans les villes côtières et que le camping sauvage y est toléré. Les routards n’auront donc aucun mal à dormir à la belle étoile. On trouve également de nombreux restaurants bon marché sur la route où l’on peut manger correctement pour moins de 8 euros.

Et quel accueil?
L’hospitalité de ce pays de bédouins n’est pas une légende. Les Saoudiens sont très accueillants et il n’est pas compliqué de loger chez l’habitant. En revanche, seules les personnes appartenant aux catégories socio-professionnelles élevées parlent l’anglais. Si l’on voyage seul et que l’on ne maîtrise pas l’arabe, on risque donc de passer beaucoup de temps aux (nombreux) contrôles de sécurité qui jalonnent les routes…     

Quid de la tenue?
Le code vestimentaire pour les touristes étrangères a été assoupli. Plus besoin donc de se couvrir d’une longue abaya noire par-dessus les vêtements, ni de porter un voile noir sur la tête. Une tenue décente est néanmoins recommandée. Précisons aussi que les Saoudiennes qui se baignent dans la mer – ce qui est rare – le font habillées des pieds à la tête.. On réservera donc son maillot pour les piscines et les plages privées des complexes touristiques.  

Une destination sûre?
Nous n’avons rencontré aucun problème sur place. En raison d’une intensification des attaques en provenance du Yémen au cours de ces derniers mois, le ministère belge des affaires étrangères déconseille néanmoins formellement tout déplacement dans le Sud du pays, en ce compris les provinces d’Abha et de Jizan.

Pour en savoir plus, lisez notre dossier « Arabie Saoudite: Opération séduction ». Rendez-vous en librairie à partir de ce mercredi ou dès maintenant sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Sur le même sujet
Plus d'actualité