Quelles sont les substances dangereuses dans la cigarette électronique?

Le décès de Raphaël - dont la cause pourrait être la cigarette électronique - rappelle que vapoter n'a rien d'anodin. Le CBD, surtout, peut être dangereux. Les autres substances ne sont pas sans risque non plus.

belgaimage-155749345-full

À seulement 18 ans, Raphaël est décédé aux cliniques universitaires Saint-Luc de Bruxelles suite à une détresse respiratoire. Les médecins sont prudents, mais la cause pourrait être l’huile à base de CBD, un agent non-psychoactif du cannabis, qu’il avait introduit dans son e-cigarette. La ministre de la Santé publique Maggie De Block a confirmé: « Le lien avec la cigarette électronique est établi. […] Il n’y a chez ce patient aucune autre explication pour une pneumonie aussi grave. » Si le cas est à ce stade unique en Belgique, il ne l’est pas à l’échelle planétaire. D’autres victimes ont déjà perdu la vie à cause de du vapotage, notamment aux États-Unis.

Des chercheurs américains pensent que la vitamine E, interdite en Belgique, pourrait être le composant incriminé. Rien ne dit pour le moment que Raphaël aurait consommé un produit de ce type. Le professeur de l’ULiège spécialisé dans les questions liées à la cigarette électronique Pierre Bartsch rappelle que, malgré ce qu’on entend parfois, les cigarettes électroniques n’apportent rien de bon. « Elles contiennent notamment du glycérol et de la nicotine. Ces substances ne sont pas dangereuses en soi. La nicotine est utilisée dans certains médicaments. Mais elles peuvent se dégrader à certaines températures et donner des aldéhydes irritants, considérés comme cancérigènes probables. La nicotine crée par ailleurs de la dépendance. »

Manque de recul

On manque cependant de recul pour connaître les vrais dangers du vapotage. l’Organisation mondiale de la santé précise que « les effets à long terme des inhalateurs électroniques de nicotine restent inconnus et des recherches plus pous poussées sont nécessaires. » Le professeur appuie: « Il a fallu 100 ans pour trouver ceux du tabac. Là, on n’a même pas 20 ans d’expérience. Personne n’est adepte exclusivement du vapotage depuis si longtemps. Il faudra des années encore pour déterminer avec exactitude les risques de la cigarette électronique. »

Les dangers seraient néanmoins encore plus présents lorsqu’on utilise des produits à base de CBD ou de THC (qui possède des propriétés psychoactives). « Ces substances sont des solutions huileuses. Quand vous les inhalez, cela produit de la graisse dans les poumons. Ces particules fines peuvent provoquer une inflammation qui peut être mortelle. Attention, le CBD et le THC, théoriquement, peuvent être utilisés comme des médicaments notamment pour soigner des douleurs vives ou l’anorexie. Mais c’est comme l’insuline. Ça soigne les diabétiques, mais si on en prend trop on en meurt. À but récréatif, le CBD, le THC et la cigarette électronique tout court n’apportent rien de bon. »

Seulement en désespoir de cause

Il termine: « Le seul cas où elle est utile, c’est pour un fumeur qui ne parvient pas à arrêter. En désespoir de cause, je conseille l’e-cigarette sans CBD ni THC, car on réduirait vraisemblablement quand même le risque. Elle ne contient pas de goudron ou de monoxyde de carbone comme le tabac. Même si les études ne sont pas encore très claires… »

Sur le même sujet
Plus d'actualité