5 bonnes nouvelles pour la planète

Les menaces du réchauffement climatique vous sapent le moral ? Heureusement, certaines situations semblent s'améliorer à travers le monde. La preuve par cinq.

wynand-uys-0_32aixy1hk-unsplash

1) En Inde, la population des tigres sauvages a augmenté de 30% en quatre ans

La population des tigres sauvages ne cesse d’augmenter en Inde. Le pays a instauré des mesures de protection drastiques, en créant notamment cinquante réserves sur son territoire, mais aussi en installant 26.000 caméras qui permettent de recenser les animaux et de repérer les braconniers. Le recensement, effectué en 2018, a déterminé que l’Inde comptait 2.967 tigres sauvages, contre 2.226 lors du précédent recensement en 2014. Le pays d’Asie du Sud est la nation avec la plus importante population de ces félins, qui font l’objet d’une mobilisation internationale pour éviter leur extinction. L’espèce est considérée « en danger » par l’Union internationale pour la conservation de la nature depuis 1986.

2) Une centaine de cétacés capturés en Russie ont été relâchés

L’information avait fait scandale : la Russie détenait des dizaines de cétacés depuis l’été 2018, dont des bélugas et des orques, dans de tous petits bassins, en attente de pouvoir les vendre à des parcs aquatiques chinois. Des photographies de ces animaux, installés près du port de Nakhodka, avaient forcés les autorités russes à réagir face au tollé international. Pour rappel, la Russie est le seul pays à autoriser la capture et la vente de ces mammifères marins. La bonne nouvelle, c’est que le pays a relâché les 11 orques détenus au mois d’août et vient de libérer les derniers 21 bélugas, a indiqué dans un communiqué l’Institut russe d’océanographie.

3) Une espèce qu’on croyait éteinte depuis 30 ans vient de réapparaître

Originaire d’Asie, le cerf-souris (qui a la taille d’un chat, deux petites canines et un pelage mi-argent et mi-auburn) n’avait plus donné signe de vie depuis la fin des années 80. Aucun biologiste n’en avait vu – mort ou vivant – depuis plus de 30 ans. Les scientifiques craignaient que la créature s’était éteinte en raison du braconnage et de la destruction de son habitat. Pour en être certains, des biologistes ont placés des centaines de caméra au Vietnam, près de la ville balnéaire de Nha Tran, et là, surprise! Les caméras ont repéré des centaines de visites de l’animal. Grâce à cette découverte, les efforts vont être redoublés pour assurer sa protection.

4) La population des jaguars augmente

L’habitat des jaguars a été réduit drastiquement à des fins de développement et d’agriculture en Amérique centrale jusqu’en 1980, où il a été repoussé aux limites septentrionales de l’Argentine. Les efforts de conservation déployés au cours des trois dernières décennies ont permis aux populations de croître en moyenne de près de 8% par an dans certaines régions, avec des signes encourageants de réintroduction au nord et un possible retour dans le sud des États-Unis.

5) Le Canada interdit la détention de cétacés en captivité

Grâce au documentaire Blackfish, sorti en 2013, des milliers de personnes ont pu se rendre compte des horribles conditions de vie des cétacés en captivité. Depuis, des dizaines de parcs aquatiques ont fermé, et de nombreux pays comme l’Inde, le Costa Rica, la Bolivie, le Chili, le Nicaragua, le Brésil, le Luxembourg, la Norvège, la Suisse et le Royaume-Uni ont interdit la détention et l’import de cétacés. Une longue liste à laquelle vient de se rajouter le Canada, qui vient d’introduire une loi similaire et promet des amendes pouvant aller jusqu’à 200.000 dollars canadiens si l’interdiction n’est pas respectée.

Sur le même sujet
Plus d'actualité