Comment anticiper le coût d’un accident de la route?

Un accident de la route est un événement qui peut changer une vie et surtout amener des frais considérables...

© Belga Image

En quelques minutes, une vie peut basculer. Lors des États généraux de l’assistance aux victimes de la route en Région wallonne, la question du coût d’un accident de la route et de ses conséquences ont été évoquées: « Des milliers d’euros lorsque la personne n’est pas bien assurée. Il y a les coûts matériels mais surtout les coûts à long terme où des indemnisations sont négociées au cours de la procédure » explique le  Dr. Benoit Rennotte, médecin de recours depuis 30 ans.

Chaque cas est individuel. Le plus important pour gérer au mieux les coûts qui découlent de ce type d’accident, c’est de les prévoir, notamment parce que l’indemnisation de certains dommages matériels subis par l’usager faible n’est pas automatique : il devra prouver la responsabilité de l’autre partie impliquée dans l’accident.

Les assurances qui rassurent

Après l’accident, vous pouvez compter sur différents acteurs selon l’ardoise à laquelle vous êtes confrontées. Votre mutuelle : elle prend en charge – en grande partie – le remboursement de vos frais médicaux et pharmaceutiques après l’accident. D’autre part, elle vous verse les indemnités d’incapacité de travail en relais de votre employeur. Le montant de l’indemnité varie selon la durée de l’incapacité de travail et du salaire que vous perceviez avant l’accident. À cela s’ajoute, suivant les habitudes, une assurance hospitalisation.

Une autre assurance intervient : « La responsabilité de toute personne qui conduit un véhicule automoteur doit être couverte par une assurance responsabilité civile automobile. Cette assurance couvre les dommages matériels, corporels et/ou moraux que tout conducteur d’un véhicule assuré causerait à autrui : soit parce qu’il est responsable de l’accident (le conducteur a commis une faute ayant causé des dommages à autrui) ; soit parce qu’il est impliqué dans un accident au cours duquel un usager faible a subi des dommages. Concrètement, cela signifie que cette assurance paiera l’indemnisation qui revient à la victime de l’accident, en lieu et place du conducteur », explique l’agence wallonne de la sécurité routière.

Par ailleurs, l’assurance du conducteur va aussi intervenir : « Au contraire de la RC auto, si un conducteur est blessé dans l’accident, cette assurance paiera ses frais médicaux et autres dommages résultant de l’accident. Cette assurance intervient quelle que soit la responsabilité du conducteur (en tort ou en droit), qu’il soit seul en cause ou qu’un autre usager soit impliqué ».

Ce n’est pas tout. L’assurance (RC Vie privée) peut aussi intervenir « si, en qualité d’usager faible, vous commettez une faute à l’origine de l’accident. Par exemple, le conducteur ou le cycliste qui a subi un dommage en tentant de vous éviter alors que vous traversiez au feu rouge, sera indemnisé par votre assurance RC vie privée ».

Enfin, il est essentiel d’avoir une assurance protection juridique pour tenir le coup dans le dédale des frais de justice qui peuvent durer plusieurs années.

Pour en savoir plus, lisez notre article « Les rescapés de la route » en pages 42-44. Rendez-vous en librairie à partir de ce mercredi ou dès maintenant sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Sur le même sujet
Plus d'actualité