« Si ça ne te plaît pas, retourne à Kinshasa », incident raciste dans un train entre Bruxelles et Liège

Une altercation entre un jeune homme de 23 ans (Joshua) et un policier dans un train mardi soir, filmée par un passager, a créé un véritable tollé sur les réseaux sociaux.

trais

Et pour cause : on y entend des propos inacceptables tenus par le policier appelé en renfort par l’accompagnateur de train lors d’un contrôle de billets. Il déclare notamment au passager du train, de nationalité Belge et né en République démocratique du Congo, que s’il n’est pas content des lois Belges « Il peut retourner à Kinshasa. » « Vous n’avez pas le droit de me parler comme ça », s’offusque Joshua, soutenu par une voyageuse qui déclare au policier que ses propos sont racistes. Mais rien n’y fait, ce dernier s’enlise et répète inlassablement la même phrase, allant jusqu’à le prendre en photo sans lui demander la permission, pour « sa collection personnelle ». Le passager de 23 ans sera finalement forcé de descendre du train à Waremme.

Le jeune homme interpellé s’est exprimé au sujet de cette altercation, précisant « Je ne suis pas du genre à faire un bad buzz sur des bêtises et je n’aime pas qu’on parle de moi, mais là c’est quelque chose qui me met hors de moi, parce que ce n’est pas logique et ce n’est pas normal. (…) Faites bouger les choses, allez regarder la vidéo, je n’attends pas de retour. Mais si vous êtes dans même situation, n’hésitez pas à réagir, à parler, parce que ce n’est pas normal. Bonne journée à tous. »

La vidéo de l’échange, relayée par le compte Instagram « Mais non c’est pas raciste » a été supprimée « Vu l’ampleur autour de la polémique, nous laissons la suite de l’affaire dans les mains des personnes compétentes. » Elisa Roux, porte-parole de la SNCB, souligne que l’accompagnateur de train n’a pas tenu de propos racistes au contraire du policier qui l’accompagnait, comme l’a précisé le passager qui a filmé l’échange dans une story Instagram. « Pour la SNCB, tout propos raciste est évidemment inacceptable. » Elle ajoute que « Concernant la validité ou non du titre de transport de cette personne, nous avons pris connaissance des faits et nous nous renseignons en interne pour comprendre pourquoi notre accompagnateur a fait appel à la Police. » Une enquête interne est ouverte.

Sur le même sujet
Plus d'actualité