Au fait, le centre de la galaxie vient d’exploser

Le fameux trou noir au centre de la Voie lactée vient encore de faire des siennes avec une explosion nucléaire totalement inédite, découverte par une équipe de chercheurs australiens.

christian-nielsen-1jhzqk5oty8-unsplash

L’univers et ses mystères sont définitivement sans fin. De l’autre côté du monde, dans un centre d’astrophysique australien, une découverte sans précédent vient d’être réalisée, remettant en question les fondements de la compréhension que nous avons de notre galaxie. Le professeur Joss Bland-Hawthorn et son équipe ont trouvé les traces d’une explosion extraordinaire au centre de la Voie lactée. « Imaginez que nous soyons dans les ténèbres, et que quelqu’un allume un phare l’espace d’un instant », la décrit le scientifique.

Le phénomène, connu d’ailleurs sous le nom de « torche de Seyfert », a créé deux gigantesques « cônes d’ionisation » tout proches du trou noir, qui se sont étendus jusqu’aux confins de notre galaxie, près d’une zone de l’espace appelée « courant magellanique » et située à quelque 200 000 années-lumières de notre Voie lactée. Selon l’équipe de chercheurs, épaulée par deux universités australiennes et trois institutions spatiales américaines, la déflagration a eu lieu il y a un peu plus de trois millions d’années « seulement ». Un épisode en effet incroyablement proche en termes galactiques — hier ou presque, à en croire les scientifiques. En comparaison, l’extinction des dinosaures a eu lieu il y a 63 millions d’années.

explosionUne reconstitution de l’explosion, sur laquelle on peut distinguer les deux cônes d’ionisation. © James Josephides/Thorsten Tepper-Garcia/ASTRO 3D

Le réveil d’une beauté endormie

Les premières conclusions du centre d’étude australien ASTRO 3D désignent le fameux trou noir au centre de la galaxie comme la source de l’explosion. Sagittarius A est 4,2 millions de fois plus massif que le soleil et l’évènement serait dû à son activité nucléaire. « Une énorme explosion d’énergie et de radiations a été dégagée du centre galactique et dans le matériau environnant. Cela nous montre que le centre de la Voie Lactée est un endroit beaucoup plus dynamique que nous ne le pensions. C’est une chance que nous n’y soyons pas ! », s’est réjouit le professeur Joss Bland-Hawthorn.

Pour Magda Guglielmo de l’Université de Sidney, qui a cosigné la découverte, ces résultats changent radicalement notre compréhension de la Voie lactée. « Nous avons toujours imaginé notre galaxie comme une zone endormie (…). Ces nouveaux résultats offrent la possibilité d’une réinterprétation complète de son évolution et de sa nature ». Et si le trou noir Sagittarius A est le premier suspect de cette explosion inédite, les chercheurs considèrent que beaucoup de travail reste à faire pour comprendre ce qu’il s’est effectivement passé. « La manière dont les trous noirs évoluent, influencent et interagissent avec les galaxies reste un problème fascinant de l’astrophysique ».

Sur le même sujet
Plus d'actualité