Senior au volant, danger au tournant?

En une décennie, la part des plus de 65 ans tués sur les routes a augmenté de 50 %. Pour améliorer la sécurité routière, l'Institut Vias propose d'imposer un examen d'aptitudes régulier dès l'obtention du permis.

belgaimage-12924702-full

En 2009, la proportion des seniors tués sur les routes de Belgique atteignait 19 %. 10 ans plus tard, les plus de 65 ans représentent plus d’un quart (28 %) de ceux qui y perdent la vie. Au total, selon l’Institut Vias, 14 usagers de la route à l’âge de la retraite sont tués ou blessés chaque jour dans un accident. Avec le vieillissement global de la population, les personnes âgées sont évidemment plus nombreuses au volant, ce qui explique une partie de l’évolution statistique. Les seniors semblent tout de même être un public particulièrement à risque. Sur 1 million d’habitants, 53 personnes sont décédées en voiture parmi la population globale. Chez les plus de 65 ans, ils sont 79. Autre chiffre interpellant: un tiers des accidents graves impliquant un conducteur retraité est causé par un problème médical (infarctus, glycémie trop basse, désorientation, etc.).

« Les seniors sont généralement au courant de la baisse de leurs aptitudes, rassure le porte-parole de Vias Benoit Godart. Ils sont dès lors plus prudents, roulent moins vite, évitent de sortir lorsqu’il pleut. » Les jeunes feraient moins attention. « Ils surestiment parfois leurs capacités, testent la vitesse, roulent sous influence. Les seniors sont plus dangereux pour eux-mêmes que pour les autres. Les statistiques montrent qu’ils causent moins d’accidents impliquant une autre partie. »

Un examen d’aptitudes régulier dès 18 ans

Les seniors n’en demeurent pas moins un vrai enjeu de sécurité routière. Certains pays comme les Pays-Bas ont imposé un examen médical obligatoire régulier à partir de 55 ans. Benoit Godart n’est pas forcément favorable au modèle néerlandais. « Les études ne montrent pas de résultats satisfaisants. D’autant que fixer un âge est subjectif. Certains conducteurs déclinent dès 55 ans, d’autres sont rigoureux jusqu’à 90 ans. » Vias soutient plutôt l’instauration obligatoire d’un examen d’aptitudes tous les 10 ans dès l’obtention du permis, même si vous avez 18 ans. Il serait fait au moment du renouvellement du permis électronique (le permis papier est lui éternel). « On procéderait ainsi à un screening tout au long de la carrière automobiliste. »

Cela n’est cependant pas à l’agenda politique. En attendant, seule la famille ou le médecin traitant peuvent tenter de dissuader un senior de prendre le volant. « Le CARA est un organisme qui propose gratuitement des examens d’aptitudes. Tout n’est pas noir ou blanc. On peut déclarer une personne apte à la conduite, mais uniquement dans un rayon de 5 kilomètres autour de son domicile et l’interdire de rouler la nuit ou sur les autoroutes. Ce genre de restriction permet de garder une vie sociale satisfaisante et de faire des courses, par exemple. En parallèle, ça protège la société en même temps de leurs lacunes. »

Il faut cependant convaincre le concerné de se rendre à l’examen de son gré… car la famille ne peut pas l’obliger à le faire. Lors d’un contrôle de la police de la route, un conducteur peut tout de même être envoyé devant le juge. Ce dernier peut alors imposer un examen médical et statuer, en fin de compte, sur des restrictions de conduite. « Mais c’est extrêmement rare », admet Benoit Godart.

Sur le même sujet
Plus d'actualité