Compléments alimentaires: tous les jours, c’est trop

L'Afsca alerte sur les dangers des produits en vente sur internet. Si elles sont consommées à hautes doses, il faut aussi se méfier des pilules proposées en pharmacie ou en supermarché.

belgaimage-11132060-full

La cellule e-commerce de l’Agence fédérale pour la sécurité alimentaire (Afsca) met en garde dans son bilan annuel contre les risques des compléments alimentaires achetés sur internet. Dans Le Soir, la porte-parole Stéphanie Maquoi déconseille « de consommer ceux pour lesquels aucun numéro de notification n’a été attribué ». Les consommateurs peuvent vérifier cela auprès du SPF Santé publique qui dissuade carrément d’acheter des produits à l’étranger afin de s’assurer que l’Afsca ait pu les contrôler. Cela ne signifie pas qu’on peut aveuglément faire confiance aux compléments vendus dans les commerces belges pour autant. La réglementation serait encore trop laxiste… Chez nous, contrairement à la France ou l’Italie, les effets secondaires ne sont par exemple pas enregistrés de façon systématique et obligatoire. Ce qui n’est pas un manquement de l’État belge puisque la directive européenne en la matière ne l’oblige pas.

Les Belges manquent de vitamines D

Consommer des compléments alimentaires peut s’avérer utile. « Certaines personnes ont des manquements en vitamines ou minéraux et ces produits permettent d’équilibrer leur santé, intervient le président du Conseil supérieur de santé et professeur à l’Université libre de Bruxelles Jean Nève. En hiver, 80 % des Belges ont des carences en vitamines D. Les compléments se justifient tout à fait. » Le problème est qu’on méconnaîtrait leur rôle… « Ils ne sont pas destinés à soigner des maladies. Il ne faut pas croire les promesses miraculeuses de certaines entreprises sur internet, notamment. La nutrition est une science, il ne faut pas faire n’importe quoi. »

Fragilité osseuse, fatigue et cancer

Avant de prendre des compléments alimentaires, il faudrait commencer par évaluer son alimentation. « On ne peut pas remplacer des fruits et légumes par des vitamines! Si vous avez des doutes, un diététicien-nutritionniste est bien placé pour vous aider, ou un médecin généraliste voire un pharmacien. » Dans certains cas, à hautes doses, les compléments alimentaires peuvent carrément être toxiques. Or les Belges en seraient un peu trop friands. Selon une étude de Test-achats menés en 2016, un adulte sur cinq en consommerait tous les jours. Un quart des Belges feraient une « cure de vitamines » deux fois par an. « L’abus de vitamines A ou D peut par exemple causer des anomalies osseuses et une fragilité des os. Ou bien des intoxications alimentaires. La levure rouge de riz utilisée par les personnes souffrantes de cholestérol peut aussi être toxique pour le foie. »

BELGAIMAGE

Une étude du BMJ Case Reports a notamment prouvé cette année que leur consommation pouvait causer des épisodes de fatigue intense, la jaunisse et augmenter la fréquence des malaises. Plus grave encore: le sélénium, l’un des compléments les plus vendus en Belgique pour prévenir le cancer, n’aurait aucun impact. Au contraire… des études montrent qu’il en augmenterait les risques chez certaines personnes. Le président du Conseil supérieur de la santé termine: « Il est déconseillé de prendre des compléments de façon quotidienne, ni trop à la fois. Si on respecte ces deux règles, vous devriez ne pas encourir trop de risques. »

Sur le même sujet
Plus d'actualité