Engie, Lampiris, Essent… Quel fournisseur est le moins cher?

Sur le site de la Creg, il est possible de comparer votre contrat avec les autres offres du marché. Une de ses conseillères nous aide à y voir plus clair.

Photo by Raul Varzar on Unsplash

La Commission de Régulation de l’électricité et du gaz (Creg) tient à jour un classement des produits d’énergie les moins chers. En Wallonie, le contrat le plus attractif du moment pour avoir du courant et de la lumière chez vous serait la formule « Avance » (1 an, prix variable) proposé par le fournisseur Essent. En optant pour une consommation moyenne de 3.900 kWh, vous devriez vous en sortir pour 205 euros par an. À titre de comparaison, le produit le plus cher – 617 euros – viendrait du fournisseur Cociter (1 an, prix fixe). Attention au fait que ces montants ne comprennent pas les coûts de réseaux, les taxes et les redevances éventuelles qui dépendent de la province dans laquelle vous habitez. Pour le gaz, Essent serait aussi le meilleur marché (276 euros par an pour un contrat d’un an à prix variable).

En Région bruxelloise, l’électricité la moins chère serait celle de la formule « Super » de Mega (3 ans, prix variable). Pour le gaz, la formule Activ de Octa+ (3 ans, variable) serait davantage intéressante. Pour comparer plus facilement votre contrat actuel au marché, vous pouvez utiliser l’outil très simple d’utilisation Creg Scan.

Du belge, du vert, du variable

Avant de souscrire à une offre les yeux fermés, il est cependant essentiel de se poser les bonnes questions. Le prix pourrait en effet ne pas être le seul critère qui vous importe. En Wallonie et à Bruxelles, la majorité des fournisseurs ne sont plus très belge. Electrabel est en partie détenue par le groupe français Engie depuis 2005. Luminus, par EDF. Eneco Belgium est une filiale du groupe néerlandais Eneco GroupLampiris a quant à lui été racheté par le groupe Total en 2016. Le premier fournisseur 100 % belge du marché est Mega. Concrètement, ça ne change pas grand chose pour vous. Vous aurez le même gaz et la même électricité. Cela a simplement une importance si vous souhaitez davantage soutenir l’économie nationale… « Il n’y a pas de règle uniforme. Un fournisseur important en termes de part de marché peut proposer des bas prix et un petit fournisseur des tarifs plus élevés, et inversement », précise une conseillère du Creg.

Selon elle, certains aspects sont essentiels lorsqu’on souscrit à un contrat d’énergie. À commencer par le type de prix. « Ça dépend du profil de risques des clients. Dans le cas d’un fixe, le prix de l’énergie communiqué au moment de la signature du contrat est fixé pour toute la durée de celui-ci. Dans le cas d’un variable, le prix fluctue tous les trois mois à la baisse comme à la hausse en fonction des variations du marché. Le variable peut s’avérer plus intéressant, mais aussi plus dangereux. »

Votre attachement à l’environnement peut également jouer. Si Cociter semble plus cher, c’est parce que son énergie est à 100 % issue d’une production d’électricité durable (éolien et biogaz) et pas du nucléaire. De plus en plus de fournisseurs proposent des offres « vertes » pour quelques euros de plus chaque mois. Cela signifie qu’ils s’engagent à investir dans les énergies renouvelables.

Un tarif social

Enfin, il est essentiel de bien examiner votre situation. Si vous avez des problèmes financiers, vous pouvez bénéficier du tarif social pour l’électricité et le gaz naturel. À ce moment-là, le choix du fournisseur n’a plus d’importance car le prix devient le même partout. Au moment de sa fixation, le tarif sera le plus bas du marché. En général, le tarif social est appliqué automatiquement sans que vous ayez à faire de démarches. Mais il arriverait régulièrement que le système soit à la traîne… Mieux vaut donc toujours contacter votre fournisseur vous-mêmes.

Pour en savoir plus, lisez notre dossier « Si on changeait votre facture d’énergie ». Rendez-vous en librairie à partir de ce mercredi ou dès maintenant sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Sur le même sujet
Plus d'actualité