Pourquoi le Netflix gratuit et illégal « Popcorn Time » est toujours debout

Malgré ce que prétendent ses créateurs, Popcorn Time est illégal. La justice peine cependant à fermer la plateforme. Les utilisateurs risquent quant à eux de lourdes amendes.

popcorn_time

En 2015, selon le SPF Economie, 500.000 Belges regardaient régulièrement leurs séries favorites et des films parfois encore au cinéma gratuitement sur Popcorn Time. Dans le monde, ils étaient des millions. Suite à  une action judiciaire menée par la Motion Picture Association of America, la plateforme a cependant été contrainte de fermer. Quatre ans plus tard, à en croire les messages et questions sur les réseaux sociaux, elle connaît une seconde jeunesse. Sur le site officiel francophone, un créateur répond à la question de la légalité: « Nous utilisons des torrents (NDLR: système de transfert de fichiers de pair à, donc vous feriez mieux de faire des recherches sur la législation encadrant ce protocole dans votre pays. »

Comme dans l’immense majorité des pays, en Belgique… « c’est tout à fait illégal », affirme l’avocat spécialisé en droit des médias en propriété intellectuelle auprès du bureau Buyl Legal Matthieu Aladenise. « Popcorn Time intègre sur sa plateforme des contenus, des films et des séries pour lesquels elle n’a aucun droit de diffusion. Elle n’a jamais reçu d’autorisation des boîtes de production. Popcorn Time ne reverse aucun royalties, aucune rémunération, aucune licence à l’ensemble de ses détenteurs. » Quant à la défense des créateurs de Popcorn Time… « Ils prétendent simplement mettre une plateforme d’échanges à disposition des utilisateurs et que ce qu’ils en font ensuite n’est pas leur problème. En ce sens, ce serait légal. Sauf qu’ils facilitent la diffusion d’un contenu illégal. Les utilisateurs ont accès à un contenu pour lequel personne ne paie jamais rien. »

Créateurs anonymes

Les créateurs sont toutefois anonymes et donc difficiles à arrêter. « Des actions ont été faites, mais à chaque fois ils changent d’adresses IP et de serveur. Il faut alors reprendre les procédures judiciaires à zéro. C’est une boucle infinie. »  En Belgique, la Société belge des auteurs, compositeurs et éditeurs (Sabam) a notamment tenté de les stopper. « Ils ont été en procès contre les fournisseurs d’accès à internet en disant: c’est parce que vous fournissez une connexion internet qu’on peut pirater des films. Ça n’a pas réussi évidemment. Il y a eu des cas avec Google aussi. Ce n’est pas normal qu’en tapant « piratage vidéo » on tombe rapidement sur une plateforme comme Popcorn time dans les résultats. »

Peines de prison et amendes salées

Si un jour la Justice met la main sur les créateurs… « Ils iront en prison et devront payer des dommages et intérêts à Hollywood. Ils seront jugés pour violation de droits intellectuels, contrefaçon, piratage informatique et atteinte à la propriété de tiers. » En regardant Popcorn Time, les utilisateurs commettent aussi une infraction pénale. « Ils n’iront pas en prison, mais risquent des lourdes amendes et la confiscation du matériel informatique, ajoute l’avocat. Il a traité un dossier dans lequel un jeune homme de 20 ans regardait des mangas japonais. « Pas de bol, la justice lui a mis la main dessus. Popcorn Time a une résonnance internationale, donc il faut être pioché parmi les millions de connectés au moment où la police décide d’intervenir. C’est rare, mais ça arrive. » Il termine: « Il faut éduquer à ne plus pirater. Pas parce que c’est mal, mais parce que ça tue l’industrie. Par exemple, la série télé Hannibal a été stoppée à cause du piratage. Pour le bien du divertissement, il faut arrêter. »

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Have a delicious holiday. #Hannibal Own Hannibal Season 3 now on Blu-ray & DVD.

Une publication partagée par nbchannibal (@nbchannibal) le

Sur le même sujet
Plus d'actualité