On a peut-être assisté au premier délit commis dans l’espace

Une astronaute américaine est accusée d'avoir usurpé l'identité de son ex-épouse alors qu'elle voyageait à bord de la Station spatiale internationale. Une première.

belgaimage-151875642

S’il s’agit réellement du premier acte de délinquance réalisé dans l’espace, ce n’est pas pour son aspect spectaculaire qu’il restera dans l’Histoire. Mais l’affaire jette un froid sur la NASA.

Anne McClain, astronaute américaine qui faisait notamment partie de l’équipage dont le voyage avait dû être retardé en raison d’un mauvais approvisionnement de combinaisons adaptées aux femmes, est soupçonnée d’usurpation d’identité. Son ex-épouse, Summer Worden, l’accuse de s’être fait passer pour elle et d’avoir accédé de manière irrégulière à leur compte commun sans son autorisation… depuis la station spatiale internationale, alors que McClain effectuait une mission de six mois. Worden a porté plainte auprès de la Commission fédérale du Commerce et de l’inspection générale de la NASA.

McClain jure qu’elle ne s’est rendue sur le compte que pour évaluer leurs finances, comme elle le faisait lors de leur relation, et vérifier qu’il restait de quoi assurer l’avenir de leur fils. En effet, aucune opération n’a été réalisée, mais reste à savoir si elle en avait l’intention ou pas. La justice devra trancher. Quoi qu’il en soit, a priori, Anne McClain devrait être jugée comme n’importe quel Terrien, même dans les étoiles.

L’affaire met la NASA quelque peu mal à l’aise. McClain s’étant servi de son équipement pour accéder aux comptes bancaires, c’est à elle de l’interroger sur ses actes et ses motivations. L’affaire constituera probablement un précédent pour l’organisation spatiale qui va devoir repenser son système juridique et éviter que ses astronautes n’enchainent ce genre de délit.

Sur le même sujet
Plus d'actualité