Amazonie: Le témoignage horrifié du chef indigène Raoni Metuktire suite aux incendies qui ravagent sa terre natale

Invité surprise du G7, le chef indigène interpelle les chefs d'états et dénonce le comportement « épouvantable et inconsidéré » de Jair Bolsonaro.

belgaimage-150616416

Raoni Metuktire se bat corps et âme contre la déforestation de l’Amazonie depuis plus d’un demi siècle. Et pour cause, il connaît l’endroit mieux que personne. Du haut de ses 89 ans, le légendaire chef indigène de la tribu kayapo – qui vit au cœur de Capoto-Jarina, une zone homologuée protégée sur le territoire du Brésil – rencontre le plus souvent possible les dirigeants des pays les plus puissants de la planète pour éveiller les consciences… et tenter d’arrêter les bulldozers qui rabotent chaque jour un peu plus le « poumon vert » que représente la forêt amazonienne. Le grand public avait découvert son visage en 1989, suite à une tournée dans 17 pays, accompagné par le chanteur Sting, pour défendre les droits de son peuple et de la nature dans laquelle ils vivent. Il ne s’est plus arrêté depuis.

belgaimage-152918916

Reconnaissable entre mille grâce au plateau qui orne sa lèvre inférieure et à sa couronne de plumes, Raoni Metuktire a été invité en dernière minute à rejoindre le G7 pour convaincre les participants d’agir au plus vite contre les incendies qui ravagent sa terre natale. Dans une vidéo livrée à France Info, il interpelle les chefs d’états.

« Je m’adresse à tous les leaders, à vous tous qui êtes chefs dans vos pays. Vous devez mettre en place des moyens de faire pression sur le gouvernement brésilien pour qu’il prenne des mesures pour mettre fin définitivement aux feux de forêt. Il faut que ça s’arrête, on ne peut pas continuer comme ça. La situation actuelle est désastreuse. »

belgaimage-154521362

Il dénonce également les positions de Jair Bolsonaro et demande à ce qu’on le fasse « partir au plus vite », comme il l’avait déjà évoqué dimanche. « Regardez Bolsonaro, on dirait qu’il n’est toujours pas adulte, voilà pourquoi il ne veut pas me rencontrer. J’ai connu beaucoup de chefs d’État en 60 ans : ils parlaient avec moi, ils me portaient de la considération. On pouvait discuter. Bolsonaro, depuis qu’il est arrivé, il ne dit que des choses épouvantables. Bolsonaro vient d’ailleurs, il n’est pas du Brésil. Moi, je suis originaire de cette terre. »

Il estime que ce dernier est responsable des incendies qui détruisent la forêt. Pour rappel, on compte près de 80.000 départs de feux depuis le début de l’année, et ce rien qu’au Brésil. Ce qui représente une augmentation des incendies de 83%. Et pourtant, cela n’a pas empêché le Sénat brésilien d’adopter, le 22 août dernier, une loi qui assouplit encore la politique environnementale, fragilisant toujours plus la forêt primaire amazonienne.

Sur le même sujet
Plus d'actualité