Votre chien est-il vraiment plus heureux domestiqué?

La domestication des animaux de compagnie et d'élevage coule aujourd'hui de source. À une époque, ils étaient pourtant totalement émancipés de l'être humain.

rottweiler-1785760_1920

Le chien est le meilleur ami de l’Homme. Il est également le plus vieux. La rencontre a eu lieu il y a bien longtemps, au moment où nos ancêtres ont décidé de se sédentariser. À cette époque, les chiens tels qu’on les connaît aujourd’hui n’existaient pas. Ils étaient des loups. « L’Homme a commencé à faire pousser des légumes, à inventer l’agriculture. De cette production alimentaire résultait des déchets qui constituaient une source de nourriture de qualité et facile d’accès pour les animaux. Certains loups avaient une distance de fuite plus courte que d’autres et venaient manger les poubelles humaines« , raconte le spécialiste des sciences cognitives humaines et non-humaines à l’Université libre de Bruxelles Arnaud Destrebecqz.

Les futurs chiens ont alors acquis un avantage considérable en termes de sélection naturelle, car ils étaient mieux nourris et ne risquaient pas leur vie à la chasse. « Ils avaient donc plus de chance de se reproduire et de transmettre leur patrimoine génétique à leur descendance. Au fil des générations, la distance de fuite a été de plus en plus courte. Leur patrimoine génétique s’est aussi transformé pour créer une espèce moins agressive. C’était la première étape de domestication des chiens.« 

La main dans la patte

À partir de là, les Hommes et ces chiens en devenir ont évolué ensemble. Nous les avons sélectionnés pour devenir des animaux de compagnie. À force de nous fréquenter, ils ont acquis de bonnes capacités de compréhension de l’Homme. On les a poussés à se reproduire, en écartant ceux qui maîtrisaient moins les comportements et les émotions humains. « Aujourd’hui, des études comparatives entre les chiens, les loups et les chimpanzés démontrent que les chiens sont ceux qui maîtrisent mieux les signaux de communication humains. Par exemple, lorsque vous pointez un objet, le chien sait qu’il doit regarder l’objet et non votre doigt. Le loup échoue systématiquement. Le chimpanzé, ça dépend. On a ensuite entraîné les chiens à gérer des troupeaux, à tirer une charrette, à garder une maison…« 

Le gîte et le couvert

Cette domestication a également été faite pour d’autres espèces, notamment les chats, les chevaux, les vaches. « Les bovidés d’élevage sont un bon exemple. C’est une réelle invention de l’Homme qui n’aurait jamais existé autrement. À coups de sélection de reproducteurs et de génétique, on a fabriqué des êtres d’élevage qui répondaient à nos besoins et envies. Il n’est de ce fait pas souhaitable de les relâcher dans la nature. Les vaches et les chiens, surtout, ne survivraient pas. On doit évidemment les encadrer. Je ne dis pas qu’on doit manger les vaches, mais on doit en prendre soin. On ne peut pas les « libérer ». On est entré dans un genre de contrat domestique. On leur apporte le gîte et le couvert. En échange, ils nous donnent de l’affection ou du lait.« 

Pour aller plus loin… Découvrez notre dossier « Animaux nos égaux » dans le numéro de cette semaine. Rendez-vous en librairie à partir de ce mercredi ou dès maintenant sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Sur le même sujet
Plus d'actualité