À quoi servent encore les agences de voyages?

Les Belges seraient encore très attachés aux bureaux physiques pour réserver leurs vacances. Malgré la concurrence d'Internet, elles ne sont donc pas sur le point de disparaître.

© Unsplash

Thomas Cook Neckermann a profité de l’été pour tâter le terrain. En Belgique, sept voyages sur dix ont encore été réservés en agence au mois de juillet. Cette proportion vaut tant pour les réservations anticipées que pour les départs de dernière minute. À l’ère d’internet, de AirBNB et des comparateurs de vols, ces chiffres peuvent paraître étonnants. Quand on voit que les agences physiques sont toujours bien installées dans nos rues, on y repense à deux fois.

Réserver en agence plutôt que sur internet a il est vrai encore de nombreux avantages. D’abord, les conseillers vous facilitent le travail. Vous leur dites ce que vous voulez, où vous voulez partir, dans quel genre de logements et pour quel budget, et ils vous sortent une offre sur mesure, loin des tracas d’organisation. Ensuite, vous évitez les arnaques encore trop fréquentes sur la toile. Sur les 3.519 plaintes enregistrées par l’antenne belge du Centre européen des consommateurs entre avril 2018 et juillet 2019, les deux tiers concernaient une réservation en ligne. En plus, si ce que vous obtenez à l’arrivée au pays de vos rêves ne correspond pas à ce que l’agence vous a promis, vous êtes pratiquement certains d’obtenir réparation.

Elles veillent à votre sécurité

Enfin, les agents de voyages ne vous enverront jamais au casse-pipe. Vous avez donc la certitude que l’endroit convoité est safe. La porte-parole de Thomas Cook Neckermann Laura Van Waeyenberge confirme: « En tant que tour-opérateur généraliste, on offre surtout des voyages forfaits à des destinations bien accessibles pour le vacancier belge. Pour certaines destinations très populaires telles que la Turquie ou l’Égypte, il faut avoir un visa, toutefois celui-ci est très facile à obtenir avant le départ ou lors de l’arrivée à la destination. D’autres destinations plus spécifiques proposées par Thomas Cook Neckermann sont soumises à des réglementations particulières. Par exemple pour des clients souhaitant partir en vacances en Russie, nos collègues sont prêts à faire la demande d’une invitation nécessaire pour entrer en Russie ou pour faire la demande on line d’un visa pour des clients voyageant en Chine. De plus on suit toujours les indications du ministère des Affaires Étrangères, c’est-à-dire les conseils de voyage stipulés par destination, de manière très consciencieuse et on en informe les clients. »

La porte-parole de TUI Belgique, Sarah Saucin, est sur la même longueur d’onde: « On adapte nos jours en fonction des consignes de sécurité du ministère des affaires étrangères. Nous prenons par ailleurs du temps à confectionner nos offres. Ce n’est pas fait du jour au lendemain. Nos collaborateurs vont sur place avant les clients pour s’assurer que tout se passe bien. »

L’argument du prix

Personne ne nie vraiment le fait que passer par une agence de voyages facilite la vie. L’argument financier est cependant celui qui fait véritablement pencher la balance du côté d’internet. Du moins, c’est ce qu’on croit… À offre égale, ce ne serait pas toujours le même qui gagne à la fin, car les agences négocient parfois des tarifs avec des hôtels ou des compagnies aériennes ultra-avantageux. Si vous ne cherchez pas une offre précise et pouvez faire preuve de souplesse en vous adaptant aux prix du moment, internet devient alors probablement votre meilleur partenaire d’affaires.

Pour aller plus loin… Découvrez notre article « Soleil, plage, arnaque » dans le numéro de cette semaine. Rendez-vous en librairie à partir de ce mercredi ou dès maintenant sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Sur le même sujet
Plus d'actualité