Vos animaux souffrent de la canicule : voici comment les protéger

La chaleur et le soleil peuvent s'avérer mortels pour vos meilleurs amis à poils, à plumes et à écailles. Ils comptent sur vous pour les aider à survivre.

belgaimage-153321084-full

La Belgique est en alerte rouge. Jusqu’à ce week-end où la pluie viendra nous rafraîchir, les températures titilleront les 40 degrés Celsius. Pour nous les humains, ce n’est pas facile à vivre si on n’a pas accès à une piscine toute la journée ou à l’air conditionné du bureau. Pour les animaux, c’est encore plus compliqué, car ils n’ont pas forcément accès à des endroits frais ou à une quantité d’eau suffisante. « Ils risquent les mêmes dangers que nous: des coups de chaleur, des insolations, des déshydratations, des pertes d’énergies », rappelle la vétérinaire et professeure à l’UCLouvain Isabelle Donnay.

Pour faire descendre leur température, les animaux ne transpirent pas. Chaque espèce a son propre système de régulation. Les chiens, par exemple, halètent. Les chats et les rats se lèchent les poils pour s’humidifier le corps. Les cochons et les sangliers se roulent dans la boue. « Les animaux ont de plus naturellement tendance à chercher de l’ombre, à boire davantage, à rester au calme. »

Il leur faut de l’eau

Les maîtres des animaux domestiques ou d’élevage ont tout de même la tâche de les surveiller. « Ils doivent renouveler régulièrement l’eau à disposition des animaux en s’assurant qu’elle est propre et fraîche. Il est indispensable que votre chat ou votre chien y aient accès pendant la nuit. Il est dans certains cas préférable de remplacer les croquettes, très sèches, par de la nourriture plus humide afin que la déshydratation soit plus facile. »

Les empêcher de jouer

Isabelle Donnay rappelle ensuite l’importance de leur donner accès à des endroits frais. « Les très jeunes, surtout les chiots et les chatons, ont tendance à jouer beaucoup et à dépenser trop d’énergie. Il faut les empêcher de trop s’exciter et de courir dans tous les sens. Ils n’ont pas toujours l’instinct de chercher de l’ombre. Il peut ainsi être pertinent de prendre leur température régulièrement. Attention, un chien, par exemple, monte jusqu’à 39 degrés sans soucis. Par contre, si vous voyez qu’il titube, est somnolent et que le thermomètre indique plus de 40 degrés, là il faut absolument le refroidir avec une serviette mouillée, voire une douche froide ou un tuyau d’arrosage. Mais également l’emmener chez le vétérinaire! De la même manière, il ne faut pas le laisser dans une voiture. En trente minutes, il peut mourir. »

Le danger vient du sol  

La vétérinaire souligne un danger supplémentaire: sous 30 ou 40 degrés Celsius, le sol bouillonne, surtout le bitume et le macadam. Les animaux peuvent en perdre littéralement leurs coussinets à cause de brûlures trop profondes. « Des morceaux de sol peuvent rester coller aux pattes. Certains animaux ne savent plus jamais marcher ensuite. Il faut privilégier l’herbe et la terre lorsque vous promenez votre chien, les balades en forêts plutôt qu’en ville, le matin et le soir plutôt que la période entre midi et 14 heures. » Pour une fois, laissez-les aussi creuser des trous dans le jardin et s’y prélasser quelques heures. D’instinct de survie, ils savent que la terre enfouie est fraîche.        

Aidez les oiseaux et les poissons

Il est en outre indispensable de changer l’eau de l’aquarium régulièrement au risque de voir vos poissons tomber à cause d’une eau trop chaude. Les étangs, les rivières, les océans chauffent également. Malheureusement, on ne peut pas faire grand-chose pour sauver les animaux aquatiques sauvages de façon immédiate. La lutte contre le réchauffement climatique est leur meilleur espoir de survie… Les oiseaux en liberté souffrent aussi de la chaleur et du soleil. On ne peut pas vraiment les aider à se sentir mieux, si ce n’est, termine la vétérinaire, « en plaçant une petite coupole d’eau dans son jardin pour que les oiseaux aient accès à de nombreux points d’eau. »  

Sur le même sujet
Plus d'actualité