À 45 ans, les agriculteurs ont besoin d’aide pour se connecter à Internet

Quatre professionnels sur dix sont en train de louper la transition numérique. L'usage des nouvelles technologies est pourtant une question de survie. En Wallonie, divers aides sont à disposition des agriculteurs. Encore faut-il qu'ils les sollicitent.

Image d'illustration © pexels

En Wallonie, seulement 6 agriculteurs sur 10 utilisent les outils numériques classiques (réseaux sociaux, e-mail, etc.) dans le cadre professionnel. Seul 1 sur 8 est familier avec les technologies plus avancées utiles dans les champs (GPS, drones, robots, etc.). Selon cette étude Ipsos commanditée par la CBC, les plus de 45 ans ont le plus de mal à intégrer ces nouveaux outils. En moyenne, seuls 15 % des professionnels ont en effet prévu des investissements dans les nouvelles technologies au cours des deux prochaines années. Chez les moins de 45 ans, ils sont près de 1 sur 3. Dans l’agriculture plus qu’ailleurs, la transition numérique est douloureuse pour des raisons de coût et de temps, même si l’investissement peut être rentabilisé en quelques années seulement.

Le changement, c’est maintenant

Les professionnels n’ont pourtant pas le choix de s’y mettre s’ils ne veulent pas devoir bientôt fermer définitivement les portes des granges. Car désormais, certaines tâches administratives doivent obligatoirement être effectuées en ligne, comme la déclaration PAC qui comprend la déclaration de superficie et les éventuelles demandes d’aides publiques, financières ou non.

En Wallonie, il existe diverses structures qui accompagnent les agriculteurs dans ces tâches obligatoires. La Fédération wallonne des agriculteurs (Fwa) envoie notamment une cinquantaine de secrétaires à travers les 12.000 fermes wallonnes pour aider les fermiers à remplir et envoyer la PAC. En collaboration avec la Fédération des jeunes agriculteurs et l’Union des agricultrices wallonnes, la Fwa organise en outre plusieurs formations chaque année sur les bases d’informatique pour gérer la ferme et l’adoption des nouvelles technologies.

Au camp d’hiver

À la fin de l’année et jusqu’au printemps se tiendra par ailleurs le second Digital Boostcamp Agriculture. Pour son directeur Xavier Bastin, les nouvelles technologies peuvent aider à mieux respecter les nouvelles contraintes environnementales tout en améliorant la productivité. « Le monde évolue. On peut rester sur des positions ancestrales, mais il faut essayer d’avancer. Le but du programme est d’accompagner les agriculteurs wallons dans le lancement de leur transition numérique. Durant une dizaine de sessions, on parlera de la transition numérique. Motiver les professionnels à participer est un challenge, car ils n’ont pas beaucoup de temps. On observe néanmoins que l’immense majorité d’entre eux est consciente de l’utilité des nouvelles technologies. On est là pour donner le déclic. Pour les attirer, on va communiquer. On sera notamment présent à la Foire de Libramont. » Le profil des inscrits est très diversifié: « On a des jeunes et des moins jeunes dans les participants. On remarque que certains jeunes sont également réfractaires au changement et des plus vieux sont au contraire très curieux. La transition numérique passe par la volonté des concernés, car on ne peut forcer personne à se moderniser. »

Plusieurs agriculteurs sont ressortis ravis de l’édition précédente. Guillaume Faré est l’un d’eux. Au moment de faire le bilan, il explique dans une vidéo: « Le Digital Boostcamp m’a apporté une nouvelle approche pour valoriser des produits de la ferme, une remise à niveau sur les outils informatiques incontournables d’aujourd’hui comme Facebook et Mailchimp et un aperçu des nouvelles technologies qui pourraient nous aider demain comme le chatbot ou la blockchain. » Damien Vermeiren, autre participant, termine: « Cette formation m’a permis de découvrir comment mieux valoriser mes produits et faire appel à des personnes compétentes pour nous aider. Cette formation m’a vraiment boosté. Je la conseille à toutes personnes qui ont un projet de développement et qui ne savent pas par où commencer. »

Découvrez notre article « L’agriculture, ce métier branché » dans les pages du dernier Moustique. Rendez-vous en librairie à partir de ce mercredi ou dès maintenant sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Sur le même sujet
Plus d'actualité