Rops, Cobra et… diplodocus : que trouve-t-on dans les collections de la Fédération Wallonie-Bruxelles ?

En dehors des cabinets ministériels, des acquisitions sont toujours réalisées par la Fédération Wallonie-Bruxelles.

adam-mathieu-pllr9wlqmo4-unsplash

Si de magnifiques œuvres d’art peuvent se poser un temps dans les cabinets ministériels, la plupart se retrouvent dans les musées. Ces derniers sont enrichis ponctuellement par certains achats de la Fédération Wallonie-Bruxelles: « Suivant les opportunités sur le marché, nous avons procédé à des achats pour compléter des collections comme des Rops pour le musée à Namur ou des Cobra ou encore un squelette de diplodocus pour le musée de Tournai », explique Roland Van Der Hoeven, directeur général adjoint du service général du Patrimoine. « Aujourd’hui, nous possédons 50.000 œuvres dont 30.000 dans les musées (Seneffe, Musée de la photographie, de la Céramique, de la Gravure…). Nous avons par exemple, beaucoup d’art chinois grâce à Raoul Waroquiez, de l’Art japonais à Mariemont. Nous possédons aussi des “autographes” dans des lettres manuscrites de toutes « les stars » de l’époque du Moyen-âge à 1900. On soutient 74 musées communaux et provincaux.. Les 20.000 oeuvres restantes sont dans nos réserves ».

Quelle valeur ? 

Tous ces achats amènent à se poser la question de la valeur complète du patrimoine de la Fédération Wallonie-Bruxelles : « La valeur globale, on ne la connaît pas puisqu’elle évolue en fonction du marché. À titre d’exemple, le prix des tablettes cunéiforme a fortement évolué à la suite de la guerre de Daesh. Le marché est saturé ».

Le Parlement investit aussi 

Enfin, le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles continue, de son côté, à se constituer une collection d’œuvres d’art pour soutenir les artistes : La mémoire volatile de Pierre Alechinsky, un Emile Desmedt ou encore des œuvres de Stephan Balleux , Thomas Chable…Ces œuvres peuvent être appréciées par le public lors des visites du Parlement.

Pour en savoir plus, découvrez notre article « Nos trésors publics » dans l’édition de cette semaine. Rendez-vous en librairie à partir de ce mercredi ou dès maintenant sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Sur le même sujet
Plus d'actualité