Netflix à la conquête des jeux vidéo

Avec la sortie de Stranger Things 3: The Game ce 4 juillet, Netflix s'impose doucement dans le secteur du gaming. Son but? Diversifier ses sources de revenus. Mais la concurrence est rude.

stranger-things-game-2019-2020

Netflix avait surpris tout le monde le mois dernier en participant à l’E3, la messe du jeu vidéo à Los Angeles. Le patron de la boite Reed Hastings avait alors annoncé la sortie ce 4 juillet sur Nintendo Switch, PS4 et Xbox One de Stranger Things 3: The Game. Le jeu au look retro est largement inspiré de la 3e saison de la saga. Le géant américain ne compte pas se limiter à cet opus. Avant la fin de l’année devrait également sortir une adaptation en jeu de « tactique militaire » de la série Dark Crystal: Le temps de la résistance. En 2020 un second Stranger Things, à la sauce Pokemon Go, sera en plus disponible sur mobile. Grâce à la technologie de Google Maps et à la réalité augmentée, le joueur pourra évoluer dans le « upside down ». Les personnages de la série sont en outre déjà disponibles sur Fortnite.

L’arrivée sur le marché du jeu vidéo de Netflix résulte d’une longue réflexion. À l’E3, le directeur des jeux interactifs Chris Lee expliquait: « Nous sommes à la recherche de nouvelles opportunités pour ouvrir l’univers de ces séries et de ces films à d’autres médias. […] Pour moi, c’était vraiment évident d’essayer de faire ça dans les jeux vidéo. » Mais aussi d’adapter des jeux vidéo en programmes télé. Ainsi, au planning de Netflix pour les mois à venir, on trouve une adaptation du jeu The Witcher en série (avec Henry Cavill) et de The Division en long-métrage (avec Jake Gyllenhaal et Jessica Chastain).

Une question de sous

Si Netflix veut se diversifier, c’est avant tout pour des raisons économiques. Leader dans son secteur, il est accroché par de sérieux concurrents tels que Amazon Prime, Hulu, HBO et, bientôt, Disney. Or à ce stade, son chiffre d’affaires dépend presque exclusivement de ses 150 millions d’abonnements contractés dans le monde. Mais la concurrence vient aussi du… jeu vidéo. Dans une lettre envoyée à ses actionnaires, Reed Hastings écrivait en janvier: « Nous rivalisons (et perdons) avec Fornite plus qu’avec HBO ». Pour cause: lorsque les 200 millions de joueurs ont une manette entre les mains, ils ne regardent pas la télé, ni via Netflix ni via aucun autre service. Il faut donc aller les chercher là où ils sont.

Une nouvelle façon de jouer

Bien que Netflix reste discret à ce sujet, il ambitionnerait ainsi de lancer sa plateforme de streaming de… jeux vidéo. Sur ce point, la concurrence est déjà là, et pas des moindres: Sony, Microsoft et… Google. En novembre prochain, ce dernier sortira Stadia dans une dizaine de pays dont la Belgique. Son principe est similaire à Netflix, mais pour le gaming. L’utilisateur devra se procurer un pack (129 €) contenant un lecteur multimédia Chromecast Ultra, une manette et 3 mois de service. L’abonnement mensuel reviendra ensuite à 9,99 euros. Au lancement, une trentaine de jeux seront disponibles sur la plateforme dont de grosses licences comme Destiny et Assassin’s Creed. Netflix n’a encore rien annoncé de tel.

BELGAIMAGE

Sur le même sujet
Plus d'actualité