Canicule: les femmes peuvent-elles légalement se promener torse nu dans l’espace public?

En Allemagne, des femmes en train de prendre le soleil seins nus le long d’un lac ont été rappelées à l’ordre par des policiers. De quoi relancer le débat sur un sujet controversé: les femmes ont elles le droit, comme les hommes, d’être torse nu dans l’espace public ? Réponse avec une avocate belge.

belgaimage-125573929

Elles bronzaient seins nus au bord de la rivière Isar (en Bavière) lorsque plusieurs hommes d’une société de sécurité employée par la ville leur ont demandé de se couvrir. Refusant d’obtempérer, elles sont alors soutenues par d’autres femmes qui soulèvent à leur tour leurs vêtements en signe de solidarité. Les agents de sécurité appellent alors la police qui se rend sur les lieux pour rappeler « l’interdiction de se découvrir totalement dans les lieux publics, sauf dans les zones naturistes ».

Cet événement qui s’est déroulé le week-end dernier en Allemagne rappelle que les femmes ne sont pas les égales de l’homme en matière (entre autres…) de perception de la nudité. Un torse d’homme nu ne choque pas notre société. Celui d’une femme est perçu plus facilement comme sexuel et donc de nature à « choquer ». « Il est incompréhensible que les hommes puissent s’allonger au soleil torse nu mais pas les femmes », a d’ailleurs dénoncé Dominik Krause, chef de file des écologistes allemands au conseil municipal.

Un article assez vague…

Cette situation pourrait-elle avoir lieu en Belgique? Tout dépend finalement du contexte comme nous l’apprend Mathilde Durieux, avocate au barreau de Charleroi. Chez nous, la référence légale en la matière est l’article 385 du code pénal déclarant que « quiconque aura publiquement outragé les mœurs par des actions qui blessent la pudeur, sera puni d’un emprisonnement de huit jours à un an et d’une amende de vingt-six [euros] à cinq cents [euros] ». Mais comme nous le rappelle Maître Durieux, « entre ce que la loi dit et l’interprétation qu’en fait un juge, il y a une différence ». En Belgique, ce genre de cas sera donc traité au cas par cas. « Tout va dépendre du contexte, du public ayant été confronté à la semi-nudité et de l’intention. Si on a décidé de se mettre nu pour porter atteinte à l’ordre public, là il y aura des conséquences judiciaires ».

À New York, les femmes sont autorisées à se promener seins nus depuis 2013. Afin de respecter l’égalité des sexes et une loi adoptée en 1992 (autorisant toute personne à se dénuder le torse en cas de forte chaleur), les autorités new-yorkaises signalaient en juin 2013 aux 34.000 agents de police que se promener torse nu n’était pas un délit, ni pour les hommes, ni pour les femmes. En Belgique, risquez-vous de vous faire arrêter par la police si vous vous affichez seins nus dans la rue ? A priori non selon Maître Durieux : « Il n’y a pas de certitude, mais le fait d’être à moitié nu dans un lieu public, qu’on soit homme ou femme, n’a pas d’incidence par rapport à l’obscénité. Il faudrait vraiment un acte impudique pour être poursuivi », soit un comportement obscène en présence de mineurs par exemple.

Seins ≠ Sexe

La liberté d’interprétation de la formule « outrager les mœurs » et du mot « pudeur » rend finalement l’article 385 du code pénal belge assez abstrait. En Allemagne, la CSU, le parti de droite au pouvoir en Bavière a déposé une motion d’urgence mercredi, exigeant que les baigneurs portent « des maillots de bain qui couvrent complètement les principaux organes sexuels », soulevant une autre problématique : ranger la poitrine féminine dans le champ des « organes sexuels ».

En octobre et décembre 2014, deux militantes Femen sont condamnées en France pour « exhibition sexuelle » après avoir manifesté torse nu à Paris. Les Femen, comme de nombreuses féministes, s’opposent à cette vision selon laquelle les seins nus seraient sexualisés. Dans une lettre à la ministre de la justice de l’époque, Christiane Taubira, Inna Chevtchenko, cofondatrice du mouvement Femen, expliquait: « Nous reprenons possession de nos corps et nous les confrontons aux mœurs, qui se doivent d’être bousculées pour obtenir l’égalité ». Pour elle, un sein nu n’est pas sexuel en lui-même et peut être désérotisé, comme c’est le cas dans de nombreux pays. En Afrique centrale ou à Bali, montrer en public ses seins nus n’a en effet rien d' »outrageant » ou de sexuel…

« En général, on considère qu’il y a une atteinte à l’ordre public si on combine le nu à une attitude obscène, comme un acte d’exhibitionnisme. Tout dépend donc du caractère sexuel. Mais est-ce que les seins sont des organes sexuels ? Il n’y a pas encore de définition à ce sujet dans la loi », continue à nous expliquer Maître Durieux. Un manque de définition qui n’est pas propre à la Belgique. Sur les réseaux sociaux du monde entier, les tétons des femmes sont encore censurés, à l’inverse de ceux des hommes. Depuis de nombreuses années, le hashtag #freethenipple s’est multiplié sur Internet, demandant aux géants du web de revoir leur règlement en matière de nudité.

En ce qui concerne la Belgique, aucune condamnation de femme ayant fait tomber le haut dans l’espace publique n’a été enregistrée. Si l’acte est donc légal, il est par contre très (très) rare, à New York comme chez nous, de croiser une femme seins nus dans l’espace public. Une situation compréhensible lorsqu’on connait l’ampleur du harcèlement sexiste dans l’espace public auquel sont confrontées quotidiennement les femmes. En 2017, neuf femmes sur 10 âgées de moins de 35 ans indiquaient avoir subi une expérience de harcèlement en rue au cours des douze derniers mois… On comprend donc que la majorité d’entre elles n’aient pas envie (ou n’osent pas) s’afficher seins nus.

Sur le même sujet
Plus d'actualité