Le placebo, un effet d’une puissance insoupçonnée

L'homéopathie ne serait pas plus efficace que l'effet placebo. Et alors ? Cet effet est de plus en plus sérieusement envisagé comme étant d'une réelle efficacité. Et même, voire surtout, quand on est conscient d'avaler de la poudre de perlimpim.

freestocks-org-126848-unsplash

Deux patients sur cinq auraient déjà utilisé l’homéopathie au moins une fois. Moustique consacre cette semaine un dossier complet à cette médecine controversée. C’est sans compter sur l’effet placebo dont les possibilités semblent infiniment plus puissantes que nous le croyons.

L’effet placebo est la part irrationnelle, magique et pourtant réellement efficace de la médecine. C’est un phénomène relativement mystérieux mais d’une infinie puissance qui est à l’œuvre dans toute action thérapeutique. “ Dans les médecines alternatives, certaines techniques n’ont jamais démontré leur efficacité, mais leur action est toujours supérieure à ne rien faire du tout”, pose Ivan Godfroid, psychiatre au CHU de Charleroi, qui a consacré un livre entier au phénomène.

Pour que la magie opère, il “suffit” de trois ingrédients: un patient, un soignant et… une bonne relation. À tous les coups, le mécanisme du placebo se met en place et vous voilà mieux dans votre peau. Quand on pense aux spécialistes lassés, pressés qui vous reçoivent avec trois mots secs d’explication, on réalise que tout le monde n’en bénéficie pas… 

Dans les médecines parallèles, l’effet placebo a été maximalisé, notamment parce que vous vous sentez entre de bonnes mains”, explique Ivan Godfroid. Les médecines douces sont à ce titre une excellente manière de se soigner en réduisant la prise de médicaments parfois inutiles, jamais dénués d’effets secondaires et même de temps à autre dangereux.

« Le placebo peut déplacer des montagnes »

L’effet placebo démontre que la pensée peut provoquer un changement physique réel”, poursuit Ivan Godfroid. “Le placebo peut déplacer des montagnes. Il agit sur tous les patients sans distinction sauf ceux dans le coma, déments ou qui ont développé un alzheimer. Mais même quand les fonctions mentales sont déficientes, cela fonctionne. La symbolique dans l’art de guérir est primordiale”, insiste Ivan Godfroid.

Jusqu’il y a peu, on pensait que le placebo ne fonctionnait que sous l’effet de la dissimulation. Depuis une dizaine d’années, des recherches sont menées en expliquant « la vérité » aux patients, à savoir qu’il prenaient un remède aux propriétés inactives. Et elles démontrent une utilité du placebo administré en « ouvert ». Cela agirait surtout sur les troubles ou maladies dont les effets sont subjectifs. Surprise : le placebo fonctionne en réalité mieux lorsqu’on en est conscient et qu’on en attend un bénéfice. Le placebo peut induire de puissants effets psychologiques. Et on commence seulement à en mesurer toute l’étendue et la portée.

Pour découvrir notre dossier dédiée à l’homéopathie, rendez-vous en librairie à partir de ce mercredi ou dès maintenant sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Sur le même sujet
Plus d'actualité