Le beau monde de Vincent Peiffer: Procrastination budgétaire

Près de 10 milliards de déficit en 2020: voilà la belle ardoise laissée par le gouvernement sortant...

belgaimage-108642722-full

La bonne gestion, vous vous souvenez, en 2014? Avec ce gouvernement, on allait enfin avoir des gens qui savent gérer nos sous! Surtout des N-VA, qui s’autodécernaient les titres de virtuoses du “goed bestuur”. Avec une coalition à 76 % flamande, on allait enfin compter juste. Et puis on a eu les gags: Galant à la Mobilité ou Van Overtveldt aux Finances qui s’emmêlaient les chiffres comme des neuneus de l’arithmétique. Et des équilibres budgétaires reportés, et encore reportés… Mais là, le Bureau du Plan qui n’est ni N-VA, ni MR, ni PS, ni CD&V, ni rien du tout vient de sortir sa calculette. Et douf! En 2019, le déficit budgétaire belge sera de 7,5 milliards. Et re-douf! En 2020, il grimpera à 9,6 milliards d’euro-patates. Tiens, me remémorai-je soudain, c’est bizarre, ça… Fin 2018, il m’avait pourtant semblé voir Charles Michel et sa sérieuse ministre du Budget, Sophie Wilmès, afficher fièrement un tout petit déficitounet de 3,2 milliardounets. Comment se fait-ce?

Ah mais c’est que les maestros de la bonne gestion sont aussi des champions de l’entourloupe. Pour ce faire, le gouvernement goed bestuur a usé d’une bonne grosse ficelle: accélérer les versements anticipés des impôts des sociétés. Donc “avancer” des rentrées financières. Et hop, déficit riquiqui pour 2018! Sauf que, par définition, ce genre de bidouillage ne peut se faire qu’une fois. Pas deux. Son bel effet de procrastination ne pourra plus briller en 2019, 2020, etc. D’où le douf et le re-douf. D’où aussi le gros doigt montré à la Belgique par la Commission européenne pour “déficit excessif”. Et donc voilà. Ces jolis trous de 7,5 puis de 9,6 milliards laissés au prochain gouvernement (qui n’est pas près d’accoucher), il va falloir les boucher. Et chercher neuf milliards d’ici octobre, selon l’objectif que le gouvernement Michel s’était fixé. Où ça? Dans une chasse impitoyable aux 30 milliards de fraude et évasion fiscale annuels? Pensez-vous! Ce n’est pas de la goed bestuur, ça. Un jour, Charly ou un autre viendra nous dire qu’il n’y a qu’une solution: augmenter des taxes ou de la TVA, et bien sûr faire de remarquables économies sur les services publics. Ça, c’est du heel goed bestuur!

Cet article est issu de notre magazine papier. Pour plus d’infos qui piquent, rendez-vous en librairie à partir de ce mercredi ou dès maintenant sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Sur le même sujet
Plus d'actualité